Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Un Explorateur d’innovations pour booster le tourisme

Tourisme. L’Agence régionale du tourisme Grand Est et Atout France, agence de développement touristique de la France, lancent l’Explorateur d’innovations Smart tourisme, un ensemble de solutions innovantes et digitales pour les acteurs et professionnels du tourisme.

L’Explorateur d’innovations est disponible en version papier ou numérique. DR

Le tourisme aura été un des secteurs les plus impactés par la Pandémie de Covid 19. Avec elle, de nouveaux usages sont nés. C’est pourquoi en pleine mutation, il cherche à reconquérir les touristes, aussi bien Français qu’Étrangers avec l’aide de nouvelles solutions et à grand renfort d’innovation. En Grand Est, en 2021, 56 millions de visiteurs sont venus découvrir les richesses de la région. « C’est une hausse de 21% par rapport à 2020 mais encore bien en-deçà des 80 millions de visiteurs de 2019, année de référence », signale Arnaud Robinet, Président de l’ART Grand Est. « Ce rattrapage est plus important chez les touristes français, avec une hausse de 33% sur l’année. Mais si nous pouvons nous féliciter de ce retour, il faut néanmoins continuer d’accentuer la mobilité inter-régionale. » Quant aux touristes étrangers, de l’ordre d’à peine 3%, tout espoir est permis en 2022, les indicateurs annonçant un retour au sein de l’Hexagone avec des réservations qui ont doublé. En moyenne, 4,6 milliards d’euros de dépenses avaient été effectués en 2021, soit 27% de plus qu’en 2020 mais 40% de moins qu’en 2019.

EXPÉRIENCE ENRICHIE ET PERSONNALISÉE

C’est notamment sur la base de ses chiffres que l’ART Grand Est a pris le taureau par les cornes pour proposer de nouvelles offres, plus en adéquation avec les demandes d’aujourd’hui. L’agence régionale de tourisme a ainsi mis en place une démarche « tendances et prospectives », inédite en France, en allant voir ce qui se passe à l’Étranger et s’inspirer des bonnes pratiques de nos voisins plus au moins immédiats. « Dans ce contexte, l’ART s’est associé à Atout France, l’agence de développement touristique du pays pour produire un « benchmark d’innovations » unique en son genre », explique Fatiha Kritter Rachedi, directrice Générale Adjointe de l’ART Grand Est. La stratégie est ainsi de développer le « smart tourisme », comprendre le « tourisme intelligent ».

« Le but est de parvenir à une meilleure qualité de vie et de développer une expérience enrichie et personnalisée, tout en mettant en avant des valeurs durables et éthiques », poursuit-elle. « Cette véritable boîte à outils analyse les grandes tendances de l’innovation et met à disposition des partenaires territoriaux, entre- prises, opérateurs et entrepreneurs 50 solutions opérationnelles étudiées en France, mais aussi en Espagne, en Scandinavie, en Israël, en Asie et aux États-Unis. »

« créer une émulation collective pour inventer l’expérience touristique de demain »

L’ART est ainsi allé s’enrichir des propositions de plusieurs start-up étrangères qui travaillent en lien avec les acteurs touristiques locaux mais aussi de solutions développées dans d’autres villes françaises comme We go GreenR, plateforme de réservation de logements écoresponsables. « Trois voyageurs sur quatre cherchent à voyager de manière plus authentique. Or, un logement touristique sur dix propose ce genre de prestation », constate le co-fondateur de l’entreprise, Stéphane Vincent Montagnon. L’éco-responsabilité, c’est aussi le cœur de l’offre de GreenKayak, ONG environnementale danoise qui propose aux touristes, des balades en kayak, à la différence près que le bucolique laisse place à l’action citoyenne car le but est de ramasser les déchets plastiques qui flottent à la surface de l’eau. Et ça fonctionne : l’année dernière, 18,5 tonnes ont été ramassées par 12 000 volontaires, sur 73 sites des 5 pays où est présente l’ONG.

Quant à la start-up Mnemeia, elle compte projeter le tourisme dans le futur grâce à ses programmes de réalité virtuelle et augmentée. Plusieurs établissements touristiques proposaient déjà, durant la crise du Covid de découvrir leurs collections à la maison, via une visite en 3D. Mnemeia développe la visite virtuelle et immersive de musée comme le Louvre Lens mais aussi de sites patrimoniaux remarquables. Exit le tourisme classique, place au tourisme phygital, qui allie visite en réel sur un site et accessibilité virtuelle à des endroits interdits aux visiteurs pour cause de risques de dégradation par exemple, comme la grotte de Lascaux. Toutes ces solutions ont été compilées dans l’Explorateur d’innovation, afin « de créer une émulation collective pour inventer l’expérience touristique de demain » et avec comme ambition « d’installer le Grand Est dans le Top 3 français, Top 5 européen et Top 10 mondial des Smart destinations à horizon 2025 », insiste Fatiha Kritter Rachedi.

Nastasia Desanti