Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Un Campus d’excellence des métiers du patrimoine en projet à Troyes

Construction. Le Cluster Patrimoine Bâti 4.0 veut accentuer l’expertise en matière de rénovation en association avec d’autres filières.

Cette « mini-construction » du CPB 4.0 est truffée de capteurs pour analyser le comportement dans matériaux utilisés. DR

L’Aube est candidate pour accueillir le futur « Campus d’excellence des métiers du patrimoine du Grand Est ». Suite à l’incendie de Notre-Dame, Emmanuel Macron a voulu préserver et développer la filière de la restauration du patrimoine en décidant la création d’un tel campus pour chaque région française. Par l’intermédiaire du Cluster Patrimoine Bâti 4.0 regroupant les acteurs aubois de la filière, la candidature troyenne vient d’être déposée officiellement au titre du Grand Est.

« Le patrimoine bâti concerne toutes les constructions avant 1948, et nous avons dans l’Aube les compétences et le savoir-faire pour répondre aux enjeux de rénovation dans le respect de l’architecture du territoire d’implantation tout en apportant des innovations afin de s’inscrire dans le développement durable », rappelle Vincent Mathieu, président du CPB 4.0.

« C’est une mini-construction truffée de capteurs afin d’étudier la tenue dans le temps et d’analyser les données »

Ce dernier a été lancé en 2018 à son initiative en vue de regrouper les acteurs aubois concernés tels que la filière du bâtiment et de la construction, mais aussi les organismes de formation, l’enseignement supérieur, les chercheurs. Le Cluster a déjà établi des ponts à l’international, notamment aux États-Unis en vue de collaborer autour des techniques de rénovation de patrimoine bâti. Des recherches très concrètes puisque le CPB a lancé une mini-construction test, en additionnant les compétences du bâtiment, mais aussi d’autres filières auboises comme la métallurgie, le textile et l’agriculture.

Un laboratoire à ciel ouvert

« C’est une mini-construction truffée de capteurs afin d’étudier la tenue dans le temps et d’analyser les données », ajoute Vincent Mathieu. Le bois et le chanvre ont été utilisés pour la construction. « Nous avons fourni un matériau multi-couches composé de maille, d’un isolant phonique thermoformé et de non-tissé pour l’adhésion au mur de chanvre », précise Christian Bricout, responsable de l’entreprise textile Compositex. Pour Vincent Mathieu, l’alliance des savoir-faire des différentes filières auboises et l’appui des chercheurs est l’un des points forts de la candidature auboise.

« Nous avons pour objectif de mettre au point un textile recyclé isolant, dépolluant et connecté, fabriqué localement et répondant aux attentes du marché », fait remarquer le président du CPB 4.0. Le dossier aubois, qui est le seul sur les rangs au niveau régional, devra ensuite être examiné, au cours du premier trimestre 2022 par les ministères de l’enseignement, de la culture, du travail et de l’économie.

La labellisation « Campus d’excellence » pourrait alors intervenir courant 2022. Le dossier, soutenu par la région Grand Est, Troyes Champagne Métropole a aussi obtenu l’accord de principe du rectorat Grand Est. La création du campus à Troyes permettrait alors de proposer des formations de tous niveaux ou encore de développer une expertise en collaboration avec d’autres centres de recherche internationaux.

Laurent Locurcio