Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Toujours plus d’entrepreneurs étudiants à l’UTT

Innovation. Grâce à un écosystème et le soutien de la Caisse d’Épargne et de la Fondation UTT, 19 start-up ont été lancées depuis 2019.

Dorian Ladruze, étudiant à l’UTT et déjà fondateur de sa propre entreprise, HyriColis, qui développe une solution de gestion des ventes pour le « social selling ». Laurent Locurcio

À l’Université de Technologie de Troyes, les futurs ingénieurs menant en parallèle une activité d’entrepreneur sont de plus en plus nombreux. « Depuis 2016, le nombre d’étudiants demandant le statut d’étudiant-entrepreneur a été multiplié par dix sur le campus », indique Marion Quillery, directrice de l’entrepreneuriat étudiant à l’UTT. Chaque année, plus d’une vingtaine d’étudiants se lancent dans l’aventure tout en menant de front leurs études. « L’accès à l’entrepreneuriat dès le temps des études est une demande de plus en plus forte que nous prenons en compte », précise Pierre Koch, président de l’UTT. Tout est fait d’ailleurs pour que les étudiants puissent peaufiner leur projet de start-up grâce à un véritable écosystème qui s’est mis en place progressivement.

C’est ainsi qu’un espace de co-working, le MindLab a été installé sur le campus pour que les étudiants-entrepreneurs puissent y travailler. Grâce au mécénat, renouvelé sans discontinuer depuis 2016, de la Caisse d’Épargne Grand Est Europe auprès de la Fondation UTT, une commission de financement des projets des étudiants, le MindStart, a été mise en place. Les futurs entrepreneurs peuvent ainsi se voir financer l’amorçage de leur projet de start-up.

« En parallèle du soutien financier, nous intervenons aussi auprès des porteurs de projet pour les informer sur l’écosystème du financement de la start-up et de l’innovation », précise Marie Jauze, responsable du marché entreprises Aube et Haute-Marne de la Caisse d’Épargne. Un système qui permet de faire avancer, chacun à son rythme, des projets qui vont de la simple idée à la start-up comptant déjà quelques clients. Depuis le lancement de MindStart en 2018, déjà 15 projets ont bénéficié d’une aide financière. Par ailleurs, sur le campus, une soixantaine de projets d’entreprise ont vu le jour. La taux de concrétisation est en hausse grâce à cet accompagnement. Ainsi, depuis 2019, 19 start-up ont été lancées par des étudiants-entrepreneurs de l’UTT, dont certaines sont d’ailleurs incubées localement à la Technopole de l’Aube.

Volonté de concrétiser

C’est le cas de Coyali, une application facilitant l’usage des smartphones et des tablettes notamment pour les personnes âgées. « Nous sommes en phase de test et allons lancer la commercialisation cet été », annonce Maxime Tajan, qui a obtenu son diplôme d’ingénieur l’année dernière. Parallèlement à ses études, il a pu faire grandir son projet avant d’intégrer la Technopole à la fin de l’année dernière.

Autre parcours, celui de Dorian Ladruze qui est pour sa part encore étudiant au sein de la filière informatique de l’UTT. « Je suis passionné de programmation et j’ai créé une application pour les commerçants vendant en live sur les réseaux sociaux et qui leur facilite la gestion des ventes et des expéditions », explique Dorian Ladruze.

L’étudiant-entrepreneur n’a pas perdu de temps et a déjà lancé sa société, HyriColis, même s’il doit encore terminer ses études. De futurs entrepreneurs déterminés à réussir à la fois leur projet d’entreprise et leurs études. « Nous constatons aujourd’hui une évolution vertueuse des mentalités des étudiants et de la capacité à mener à bien de plus en plus de projets de création d’entreprise », explique Thibault Vigier, directeur général de la Fondation UTT.

Laurent Locurcio