Informations régionales économiques et juridiques
130e année

START&UP : démystifier l’Intelligence Artificielle

Conférence. À l’occasion de START&UP, l’événement dédié à l’innovation en Champagne-Ardenne, qui s’est tenu fin avril sur le campus Sciences-Po à Reims, une conférence proposait de démystifier l’Intelligence Artificielle pour les entreprises et les entrepreneurs.

L'intelligence artificielle au coeur du débat
Mounir El Hamzaoui, coach Google Ateliers numériques, a clairement démystifié l’intelligence artificielle.

La première étape dans la démystification de l’Intelligence Artificielle (IA) consiste surtout à dire que celle-ci n’a rien d’intelligent, si l’on se réfère au concept humain en la matière (et l’on renverra aux meilleures définitions littéraires et scientifiques du terme). Toutefois, dans les pas du mathématicien britannique Alan Turing qui « inventa » la notion d’intelligence artificielle au début des années 50, on admet que l’IA procède d’un ensemble de théories et de techniques informatiques capables de « simuler » certains traits de l’intelligence humaine, notamment en ce qui concerne l’apprentissage et le raisonnement.

Pour y parvenir, il faut « entraîner » les machines, comme on le ferait d’un élève, en quelque sorte, en leur fournissant le plus grand nombre de données brutes qui vont être traitées (analysées) par algorithmes. À ce titre, le « machine learning », est fondé sur la création de systèmes qui apprennent et/ou améliorent leurs performances en fonction du nombre de données qu’ils traitent. Ce qui émerveille le propane, c’est que les machines dotées d’IA mémorisent des comportements et ce travail de mémorisation leur permet par la suite de résoudre des problèmes, d’agir correctement face à telle ou telle situation.

Un outil destiné à facilité la vie des utilisateurs

L’Intelligence Artificielle a déjà investi bien des domaines de la vie courante : les smartphones et leurs assistants vocaux, les automobiles (la voiture autopilotée existe !), la domotique, la santé (à un degré simple, Doctolib, par exemple, procède de l’IA) où la machine peut déjà établir un diagnostic et conseiller un médecin. La « smart city » - la ville intelligente -, est en marche… Pour autant, et quel que soit son développement exponentiel, l’IA reste un outil, qui est là pour faciliter la vie de ses utilisateurs en exploitant des données à un niveau qu’aucun humain ne pourrait atteindre.

À ce titre, dans l’entreprise, l’IA apporte une amélioration aux performances et à la productivité en automatisant des processus ou des tâches qui nécessitaient auparavant des ressources humaines (lesquelles peuvent être déployées vers d’autres domaines). Il revient alors à chacun - à chaque entrepreneur, en l’occurrence - de définir la meilleure utilisation de l’IA dans son entreprise. Et ça, c’est de l’intelligence qui n’a rien d’artificiel.

Jacques Rivière