Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Six acteurs privés intègrent le projet de SEML « EnR Ardennes »

Énergie. Avant l’assemblée générale constitutive du 2 avril, le syndicat d’économie mixte d’énergie renouvelable des Ardennes affiche complet avec quinze associés ayant constitué un capital de 4,8 millions d’euros.

La SEML veut favoriser le développement et l’émergence de projets de production d’énergies renouvelables en intervenant comme investisseur aux côtés de porteurs de projets privés. P.R.

Issue de la dynamique du Pacte Ardennes, la société d’économie mixte local, « EnR Ardennes », qui veut être un outil investissant en fonds propres ou quasi-fonds propres dans des projets d’énergies renouvelables (méthanisation, photovoltaïque en toiture ou au sol, hydroélectrique, éolien...) sur le territoire vient de vivre une étape déterminante.

Six acteurs économiques ayant la volonté d’accompagner activement la transition énergétique se sont officiellement engagés dans le capital de départ de cette société.

Il s’agit de la Banque des Territoires-Groupe Caisse des Dépôts à hauteur d’1 million euros, la Chambre de Commerce de d’Industrie des Ardennes (250 000 €), la Caisse d’Epargne et de Prévoyance Grand Est Europe (100 000 €), Groupama Nord-Est (30 000 €), le groupe Covéa (100 €) et Ardennes Développement (100 €). Par leur regroupement, ils apportent une contribution de 1,3 millions d’euros à ce programme. Deux de ces acteurs ont, par ailleurs, donné leur accord pour abonder la SEML en compte courant d’associé : Groupama Nord-Est et le groupe Covéa à hauteur de 50 000 et 200 000 €.

« Les projets ambitieux de développement des énergies renouvelables sur le territoire des Ardennes constituent pour nous des atouts porteurs de valeurs en tant qu’investisseur responsable »

Les raisons de leur implication

Chacun de ses organismes privés a expliqué les raisons les ayant amené à s’impliquer dans cette filière économique. Intervenant déjà dans des grands projets de développement d’énergies renouvelables, la Banque des Territoires va mobiliser dans le cadre du plan de relance plus de 40 Md€ pour financer la transition écologique et énergétique, dont 6,3 Mds d’€ d’investissements. Par son engagement dans ce projet, elle veut aussi « lutter activement contre les fractures territoriales ».

C’est tout naturellement que la Caisse d’Epargne Grand Est Europe, financeur institutionnel de l’économie régionale, a voulu apporter son soutien à un projet innovant en matière de transition énergétique. Elle s’est donc engagée afin « de contribuer ainsi au développement économique, solidaire et environnemental du territoire ».

Fortement impliqué dans la vie de sa région, Groupama Nord-Est investit régulièrement dans l’économie ardennaise. Sa participation vise à aider un projet d’avenir structurant pour le département. « Il illustre l’implication d’une Caisse Régionale dans le développement local ». Dans son rôle de premier assureur agricole et rural, Groupama Nord-Est a un engagement de longue date dans l’accompagnement assurantiel et la maîtrise des risques des dispositifs d’énergies renouvelables, tels que la méthanisation et les panneaux photovoltaïques.

Ainsi, il lui est apparu cohérent d’aller encore plus loin en se situant plus en amont des projets pour aider à la création et au financement. « Notre alliance à ce projet s’inscrit dans notre volonté de soutenir pleinement l’investissement à impact en France. Les projets ambitieux de développement des énergies renouvelables sur le territoire des Ardennes constituent pour nous des atouts porteurs de valeurs en tant qu’investisseur responsable », souligne pour le Groupe d’assurance mutualiste Covéa qui, fort de ses trois marques MAAF, MMA et GMF, est un acteur financier solide et dynamique.

Missionnée pour piloter les études visant à mettre en place cette SEML EnR Ardennes, l’agence économique Ardennes Développement a parmi ses missions celle d’appuyer l’essor des filières stratégiques du territoire, dont les énergies renouvelables font partie.

Enfin, Géraud Spire, président de la CCI, a souligné que la prise de participation de l’organisme consulaire au capital de la SEML « tend à favoriser la transition énergétique ».

Neuf acteurs publics aussi

Les résultats des études de préfiguration et la dynamique créée autour de ce projet depuis plusieurs mois ont conduit les acteurs publics à se mobiliser aussi. Sept intercommunalités (*), le Conseil Départemental et la Région Grand Est sont ainsi associées dans ce projet.

Pour certains les décisions sont prises, pour les autres le projet sera soumis à leur instance décisionnaire dans les jours à venir. La SEML devrait donc entamer son parcours avec un capital de 4,8 millions d’euros.

Les champs d’interventions d’EnR Ardennes seront la prise de participation dans des projets de production d’énergie renouvelable portés par les collectivités, une activité d’investisseur en risque propre (développement, portage de projets) et l’amorçage de projets innovants dans une logique de test de modèle économique. Le suivi technique des études sera assuré en lien étroit avec la gouvernance du Pacte Ardennes par un comité de pilotage composé d’ Ardennes Développement, la Banque des Territoires et la région Grand Est.

(*) Seul la communauté de communes « Vallées et Plateau d’Ardennes » n’a pas souscrit au projet.

Pascal Remy