Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Semaine de quatre jours : tout le monde est gagnant

Emploi. En raccourcissant ses semaines d’une journée, la société ardennaise Embal’Systeme additionne les bénéfices en interne.

Embal’ Systeme emploie 6 personnes sur son site de Douzy. DR

Pour améliorer le pouvoir d’achat de ses salariés, Nicolas Dubois, Pdg de la société ardennaise Embal’ Système a trouvé la parade : la semaine de quatre jours. Une alternative dont la genèse remonte à un an, avant même que la hausse subite des carburants ne bouscule le porte-monnaie de ses équipes. « Après les différents confinements, je m’étais intéressé de près à la manière dont on pouvait réorganiser le travail en interne. J’ai entendu parler de la semaine de quatre jours et à ce propos plusieurs études ont montré des résultats positifs », rappelle-t-il.

Après en avoir discuté avec ses chefs d’équipes et échangé avec ses salariés, Nicolas Dubois a mis en place ce nouveau système en février 2022. Et les premiers effets se font déjà ressentir. « Au niveau du pouvoir d’achat, cela représente 20% de déplacements en moins pour les salariés ». Autrement dit 20% d’économie de consommation de carburant et des kilomètres en moins au compteur.

« Cela leur procure une journée de temps libre de plus chaque semaine, à savoir le vendredi, ce qui leur permet d’avoir un week-end de trois jours », explique le chef d’entreprise, qui leur a laissé une totale liberté pour choisir leurs nouveaux horaires et leur rythme de travail.

Plus de motivation et gain de productivité

« Nos équipes ont choisi de travailler de 6h45 à 16h30 du lundi au jeudi, avec une pause de 30 mn le midi, contre 8h-15h30 du lundi au vendredi auparavant ». La nouvelle organisation a été remise à plat avec l’expert-comptable de l’entreprise et Nicolas Dubois a validé la fermeture du site de production le vendredi. « Il faut être honnête, dans l’industrie, le vendredi après-midi est assez calme. Nous assurons surtout une permanence téléphonique commerciale et cela nous a aussi été facilité avec la généralisation du télétravail ».

Si le chef d’entreprise n’a pas constaté de baisse de productivité avec l’allongement de la journée, il a même noté une satisfaction de venir travailler et une motivation à la hausse, dès les premiers jours, boostées par la nouveauté et par la perspective d’une semaine plus courte. Et cerise sur le gâteau, l’entreprise réalise elle aussi des économies d’énergie en fermant un jour de plus par semaine. De quoi améliorer le bilan financier, mais aussi le bilan carbone et la RSE de l’entreprise.

« Et dans un contexte où il est difficile de recruter, on peut imaginer que cette semaine de quatre jours puisse devenir un vrai argument d’attractivité », avance Nicolas Dubois.

Benjamin Busson