Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Présidentielle : le Medef fait ses propositions

Entreprises. Damien Sionneau, président du Medef Marne, évoque les propositions faites par le mouvement patronal aux candidats à la présidentielle et fait le point sur la conjoncture, impactée par l’actualité ukrainienne.

À l’approche des élections présidentielles, le Medef profite de la campagne électorale - même balbutiante et bousculée par les événements en Ukraine - pour faire ses propositions aux différents candidats. Après les avoir reçus pour un grand oral fin février, le mouvement patronal a couché ses grandes propositions noir sur blanc et relaie ces dernières au niveau territorial. Pour Damien Sionneau, président du Medef Marne, « la France a besoin d’une croissance forte et responsable, seule capable de soutenir le pouvoir d’achat, rendre possible la transition écologique et financer notre modèle social ».

Fortes d’une excellente image aux yeux des Français (82%, soit +12 points depuis 2017, source Ifop), les entreprises savent aussi que leurs concitoyens ont de grandes attentes à leur égard. D’où leur volonté de peser dans le débat présidentiel pour en devenir un acteur si possible déterminant. « En matière de fiscalité, nous demandons une baisse des impôts de production », souligne Damien Sionneau, qui souhaite que l’Etat aille plus loin que la baisse du taux d’impôt sur les sociétés qui est passé de 33% à 25% au cours du dernier mandat. « Nous saluons l’effort engagé mais cette baisse est encore insuffisante. Notre objectif est de réduire les impôts de production de 35 milliards d’euros sur 5 ans pour que les entreprises françaises se situent dans la moyenne européenne. Cela permettra de générer de l’attractivité dans notre pays vis-à-vis des investisseurs, qu’ils soient français ou étrangers ».

2 millions d’alternants

Autre préoccupation majeure du Medef, l’emploi. « Nous affrontons actuellement une pénurie en matière de recrutement comme jamais nous n’en avons connu auparavant », précise le président marnais. Parmi les solutions à cette pénurie, l’alternance est mise en avant par le patronat. « Même si les incitations ont été fortes pour atteindre 1,4 million d’alternants aujourd’hui, elles restent insuffisantes, notre objectif étant de porter le nombre d’alternants à 2 millions d’ici la fin de la prochaine mandature ». Et alors que les entreprises peinent à recruter malgré un taux de chômage encore élevé, le Medef demande à l’Etat d’intervenir plus fermement pour inciter les demandeurs d’emploi à reprendre le chemin des entreprises. En filigrane, le patronat estime que la réforme de l’assurance chômage n’est pas allée assez loin. Et les chiffres actuels de l’offre et de la demande sur le marché de l’emploi semblent lui donner raison.

« Il y a aussi forcément, au vu des événements des deux dernières années une réadaptation du monde du travail à prévoir. Les métiers ont changé, c’est un fait. Mais les incitations à se diriger vers le monde du travail doivent également être plus fortes ». D’autant que la conjugaison de la crise sanitaire et de la forte reprise qui a suivi ont amené les entreprises à renégocier les salaires, que ce soit à titre individuel ou au niveau des branches. « Dans la restauration par exemple, les augmentations de salaires représentent entre 15% et 20% en moyenne. Dans le BTP, les hausses sont situées entre 3% et 5%. Habituellement on ne dépassait pas les 1% d’augmentation », ajoute Damien Sionneau.

Damien Sionneau, président du Medef Marne. STUDIO SOPHIE

De quoi relancer l’attractivité de certains métiers donc. Mais pour améliorer encore davantage l’adéquation entre offre et demande, le Medef plaide pour une régionalisation de Pôle emploi. « Une gouvernance locale permettrait d’avoir des discussions sur les territoires pour répondre aux spécificités de chaque bassin d’emploi. On parle de relocalisation mais les entreprises ne viendront que dans des territoires où il y aura des perspectives de recrutement ».

Décarboner !

Dans ce sens, la question de la mobilité des salariés doit également être abordée sous le prisme du logement par exemple. « L’État a mis à mal le logement depuis quelques années mais dans certains cas si on veut donner un emploi, il faut aussi donner un logement. La mobilité des salariés, c’est un lien fort entre l’emploi et le logement. Il faut donc développer l’offre de logements pour atteindre 500 000 logements par an. Il ne faut pas que l’Etat ampute la capacité des bailleurs privés ou publics à les produire ». Pour le Medef, l’environnement est lui aussi « un vrai sujet » à placer au coeur de la campagne présidentielles. « Il faut décarboner, décarboner, décarboner ! Et inciter tout le monde à le faire », milite Damien Sionneau qui refuse les dogmes partisans autour de cette question environnementale, argumentant : « On ne peut pas laisser la planète dans cet état ».

Le patronat appelle notamment à un mix énergétique décarboné à base de production d’électricité nucléaire et « à refonder le marché européen de l’électricité ». La question centrale du début du prochain mandat, en matière de politique intérieure, sera sans l’ombre d’un doute celle des retraites. La réforme tant annoncée a été repoussée pour d’évidentes raisons de crise sanitaire mais la France ne pourra faire l’économie de ces discussions qui s’annoncent d’ores et déjà fondamentales pour l’avenir du système.

« C’est un sujet qui arrivera juste après les élections. Pour nous, il s’agit de progressivement relever l’âge de départ à la retraite à 65 ans, à raison de trois mois par an. La réforme devra aussi intégrer la suppression de certains régimes spéciaux pour aligner au maximum les régimes (tout en conservant trois grands régimes : salariés, fonctionnaires et indépendants, NDLR) ». Autant de sujets que les chefs d’entreprise espèrent voir débattus au cours de la dernière ligne droite de la campagne.

Benjamin Busson