Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Plus de 1 700 offres d’emploi à pourvoir dans l’Aube

Emploi. Mobilisation générale des acteurs de l’accompagnement pour aider les demandeurs d’emploi et les entreprises dans le cadre de la relance.

Les représentants des acteurs de l’accompagnement vers l’emploi dans l’Aube mobilisés pour aider les demandeurs d’emploi et les entreprises.

L’heure est plus que jamais à la mobilisation sur le front de l’emploi. D’une part parce que le taux de chômage dans l’Aube reste plus élevé que la moyenne régionale ou nationale. D’autre part parce que de plus en plus d’entreprises font face à des difficultés de recrutement.

Pour résoudre cette double problématique, Troyes Champagne Métropole et la Ville de Troyes, en partenariat avec les acteurs locaux que sont la Mission Locale, Pôle Emploi, les branches professionnelles, les agences d’intérim et les structures d’insertion unissent leurs forces. Afin de sensibiliser les jeunes demandeurs d’emploi, des permanences sont organisées un peu partout à Troyes.

« Nous proposons un accompagnement global pour les jeunes de 16 à 25 ans portant sur la formation et l’emploi, mais aussi sur le logement et la mobilité », rappelle également Isabelle Héliot-Couronne, présidente de la Mission Locale de Troyes. Cette dernière a accompagné 3 800 jeunes en 2020. Dès le début de la crise sanitaire, le gouvernement a demandé à Pôle Emploi de veiller particulièrement aux difficultés rencontrées par les jeunes demandeurs d’emploi.

Un tiers de recrutements difficiles

Les chiffres diffusés par Pôle Emploi font état de 30 410 demandeurs d’emploi, toutes catégories, à fin mars 2021. « En 2020, ce sont 10 417 offres d’emploi qui ont été confiées par des entreprises auboises à nos équipes, et nous en avons actuellement plus de 1 700 à pourvoir », précise Djellali Chaou, directeur territorial Pôle Emploi pour l’Aube et la Haute-Marne. Le taux de chômage reste toutefois plus élevé dans l’Aube avec 9,8 % que dans l’ensemble du Grand Est (7,7%).

Il reste que, malgré ce taux de chômage important, les difficultés de recrutement subsistent. Dans son enquête sur les besoins en main d’œuvre pour l’année 2021 dans l’Aube, Pôle Emploi constate que les entreprises font état de 10 436 projets de recrutement , soit autant que l’année précédente. Plus d’un recrutement sur trois - 35 % - s’annonce difficile. Le pourcentage de difficulté de recrutement atteint même 100 % pour des postes de couvreurs, de bûcherons ou encore d’ouvriers qualifiés dans certains secteurs industriels.

« L’un de nos objectifs est de bien cerner les besoins des entreprises pour y répondre précisément »

La logistique, qui fait partie des gros recruteurs aubois, connaît aussi quelques difficultés de recrutement. En collaboration avec les services de l’État, TCM a fait le point avec les entreprises concernées quant à leurs besoins à venir. L’objectif étant d’organiser, après l’été, un « job dating » axé sur la logistique. Une réunion de ce type a déjà eu lieu en juin, en collaboration avec Pôle Emploi et l’Umih, pour répondre aux problématiques de recrutement des restaurateurs après la réouverture de leurs établissements.

« L’un de nos objectifs est de bien cerner les besoins des entreprises pour y répondre précisément », analyse Bruno Gantelet, conseiller communautaire de TCM délégué à l’emploi. Un travail de « dentelle » dans lequel la formation joue un rôle essentiel en adaptant les compétences des demandeurs d’emploi au besoin spécifique à chaque entreprise.

Laurent Locurcio