Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Nogentech veut renforcer l’attractivité de l’industrie haut-marnaise

Industrie. Le cluster d’entreprises industrielles du bassin de Nogent continue de se développer autour de l’automobile, du médical et de l’aéronautique.

shutterstock

La crise sanitaire n’a pas freiné le développement de l’industrie haut-marnaise en général et de la région de Nogent en particulier. Dans un département où la part de l’emploi industriel est deux fois plus importante que la moyenne nationale, les projets d’investissements dans le cadre du plan de relance se sont multipliés.
« Une vingtaine de projets dont une dizaine portant sur des machines à commande numérique, ce qui va encore accroître les difficultés de recrutements sur le métier de régleur », craint un industriel présent à l’assemblée générale de Nogentech. Ce cluster regroupant notamment des entreprises industrielles des filières automobile, aéronautique et médicale va intensifier ses actions pour tenter de résoudre les tensions en matière d’embauches. « Nous devons continuer de revaloriser l’image des métiers de l’industrie auprès des jeunes et de leurs parents, et continuer d’agir pour le développement des formations », analyse Delphine Descorne-Jeanny, présidente de Nogentech. Le cluster va d’ailleurs créer trois commissions portant justement sur la communication, la formation et la technologie. En matière de nouvelles formations, une actions est en cours avec le lycée Decomble pour former de futurs professionnels de la fabrication de dispositifs médicaux. La création à Chaumont d’un bachelor management avec le groupe Yschools de Troyes est aussi en projet. Pour sa part, l’Université de Technologie de Troyes, qui a une antenne à Nogent de formation d’ingénieurs, va continuer d’intensifier ses actions sur ce territoire. « Nous voulons développer notre antenne de Nogent en concertation avec les entreprises », précise Pierre Koch, président de l’UTT. Dans cet objectif, en préambule à l’assemblée générale, l’UTT présentait aux industriels présents les expertises de l’Isift (institut des services et industries du futur de Troyes). Ce dernier accompagne les entreprises dans leurs recherches et innovations autour de six thématiques : production et robotique intelligente, énergie et matériaux, environnement, procédés et matériaux avancés, capteurs et objets connectés, services intelligents.

Des leaders dans le territoire

Il est vrai que les entreprises de Nogent développent des savoir-faire de haute-technologie. Nogentech compte parmi ses adhérents plusieurs champions industriels comme la première forge automobile de France, avec les Forges de Courcelles, ou encore la plus grande forge aéronautique française du groupe Lisi et la plus grande forge médicale d’Europe avec Marle. C’est aussi dans ce bassin d’emploi que 35 % des implants orthopédiques au monde sont produits. L’une des missions de Nogentech est également d’assurer une veille technologique. C’est notamment le cas sur tous les développements liés à l’hydrogène tant en matière automobile que dans des applications industrielles.
Pour que ce développement perdure, il faudra résoudre les problématiques d’attractivité et de recrutement, d’autant que de nombreux départs en retraite se profilent dans les prochaines années. Nogentech et les industriels espèrent attirer des candidats des départements limitrophes et au-delà, comptant également sur le cadre de vie préservé et verdoyant de la Haute-Marne, dont le taux de chômage (6,7 % fin 2020), est le plus faible du Grand Est.

Laurent Locurcio