Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Modelage industriel Lesage se transforme

Industrie. La société spécialisée dans l’usinage de pièces et la fabrication d’outillages et de prototypes de machines de fonderies, a la nécessité de se transformer et d’investir, face à l’abandon progressif des moteurs thermiques dans l’industrie automobile.

Implantée à l’origine à Warcq, la société modelage industriel Lesage est désormais localisée à Vrigne-aux-Bois. Modelage industriel Lesage

« Actuellement, on rame fort. Je n’avais encore jamais vu cela dans ma carrière. Et avec l’arrivée en fin de cycle des moteurs thermiques, on peut craindre d’être dans la tourmente, car c’est le coeur de notre métier. Nous les modeleurs, ce sont les fondeurs qui nous donnent le tempo ». Dirigeant de la Société Modelage Industriel Lesage à Vrigne-aux-Bois, Franck Leporcq a beaucoup d’inquiétudes d’autant que cette situation conjuguée aux récents effets de la crise sanitaire fait qu’il n’avait jamais connu pareille baisse d’activité. « On avait malgré tout réussi à joindre les deux bouts durant la pandémie mais là, l’impact est très, très lourd en raison du manque de travail dans l’outillage ».

Dur à avaler, alors que quelques mois plus tôt, la PME ardennaise était en train de renaître de ses cendres après le coup dur connu il y a trois ans, suite au décès de son patron, Steve Lesage. Bien que vivant en Bretagne, son fils, Dane, a repris la présidence de cette entreprise familiale fin 2018, en plaçant à la tête de cette entité Franck Leporcq qui, depuis 1987, a tour à tour été modeleur sur bois, dessinateur projeteur puis responsable du bureau d’étude au sein de l’usine.

Sous sa conduite, cette SAS de neuf salariés, créée en 1972 par Marc Lesage sur le territoire de la commune de Warcq, au lieu-dit « La mal Campée », tournait à plein régime. Spécialisée dans l’usinage de pièces et la fabrication d’outillages et de prototypes de machines de fonderies et disposant d’un bureau d’études intégré, l’entreprise déjà dotée d’un équipement pointu associé à des machines plus traditionnelles (perceuses, rectifieuses) avait alors investi dans deux centres d’usinage.

Un parc machines pointu

De quoi être un prestataire réactif et mettre en confiance une clientèle composée de la quasi-totalité des fonderies de la région dont PSA et La Fonte Ardennaise. « 50 ans de savoir-faire, ça pèse aussi favorablement pour nous », ajoute Franck Leporcq qui en dehors du manque actuel de création de pièces de fonderies éprouve des difficultés récurrentes pour recruter. « Il n’y a plus d’école de modelage dans la région ce qui nous oblige à former en alternance des jeunes à ce véritable métier d’artiste. De plus, les parents ne motivent plus leurs enfants à suivre des métiers manuels et mécaniques » déplore-t-il en posant ce constat.

Malgré ces freins et un contexte difficile, puisque selon une étude réalisée par le gouvernement via le cabinet Roland Berger auprès des 380 fonderies françaises, 40% des emplois de la fonderie automobile devraient disparaître d’ici 2030, soit plus de 5 000 sur les 13 500 de la filière, la PME vrignoise a décidé une fois encore d’aller de l’avant. « Si on veut absorber les demandes de nos clients, c’est une nécessité absolue. On ne pouvait pas passer à côté ».

250.000 euros d’investissement machine

Toujours en quête de technologies novatrices et performantes, Modelage Lesage est donc en passe d’acquérir et d’installer une machine cinq axes. « Avant de passer à la phase d’essais, on hésite encore entre acheter neuf ou d’occasion ». La future pièce sera intégrée en fin d’année 2021. Coût de l’opération : 250 000 euros.

Preuve que Franck Leporcq s’évertue encore à croire en l’avenir d’un domaine d’activité « où il faut toujours travailler plus vite, plus précisément et dans des délais de plus en plus courts ». Soutenu par le volet « Industrie du futur », l’entreprise qui réalise un million d’euros de chiffre d’affaires sera aidée financièrement à hauteur de 81 800 euros par l’Etat qui s’est engagé à accélérer la transformation de l’industrie française.

Pascal Remy