Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le tricycle de demain à l’Élysée

Innovation. Le tricycle Kholos de l’entreprise auboise Cycleurope a été sélectionné pour la Grande Exposition de Fabriqué en France de l’Élysée organisée début juillet.

Véritable concentré d’innovations, ce véhicule à trois roues (deux à l’avant, une à l’arrière) a été conçu pour répondre aux livraisons du dernier kilomètre.

La deuxième édition de la Grande Exposition du Fabriqué en France, organisée au Palais de l’Élysée, aura lieu les 3 et 4 juillet prochains. L’occasion pour les visiteurs de découvrir pas moins de 126 produits issus de tous les départements et territoires français. Pour l’Aube, c’est le tricycle Kholos made in France, présenté par l’entreprise romillone Cycleurope, qui a été sélectionné.

« Le tricycle Kholos, c’est une association de trois entreprises françaises, dont l’équipementier automobile Valeo et Store H, spécialisée dans les cartouches à hydrogène », explique Jérôme Valentin, le président de Cycleurope, l’entreprise de Romilly-sur-Seine spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de bicyclettes. Véritable concentré d’innovations, ce véhicule à trois roues (deux à l’avant, une à l’arrière) a été conçu pour répondre aux livraisons du dernier kilomètre (colis, paquets, denrées alimentaires, ciment…). Il peut supporter 150 kilogrammes de charge utile en plus du cycliste et jusqu’à 1,3 m³, un volume correspondant à la moyenne demandée par les livreurs.

« C’est une vraie révolution, cela n’existe pas dans le monde des moteurs situés au niveau du pédalier »

Trois innovations pour un tricycle

« Cet engin comporte plusieurs innovations. La première, c’est une innovation technologique de stabilité et de sécurité du cycliste. Grâce à un système pendulaire, le tricycle se comporte exactement comme un vélo. Dans un virage, le conducteur se penche à l’intérieur de la courbe tandis que la partie arrière comportant la charge ne bouge pas. À une vitesse de 20 à 25 kilomètres par heure (la vitesse d’un VAE, Vélo à Assistance Électrique), le Kholos ne se renverse pas. C’est toute la différence avec la majorité des tricycles », se félicite Jérôme Valentin. L’ergonomie, un autre point sur lequel les équipes ont beaucoup travaillé, est également un atout du produit made in France présenté à l’Élysée. Tout a été étudié pour que le livreur puisse régler son poste de travail, de façon à réaliser tous ses mouvements aisément.

Cycleurope s’est associée à Valeo qui s’est positionné il y a un an sur le marché du VAE avec un moteur différent de tous les autres du marché. « Il a réalisé un moteur intégrant une boîte de vitesses. C’est une vraie révolution, cela n’existe pas dans le monde des moteurs situés au niveau du pédalier », explique le passionné. Avec ses sept vitesses intégrées au moteur, le tricycle Kholos dispose en outre d’une marche arrière. Un atout de poids facilitant les manœuvres d’un véhicule de 250 kilogrammes au total.La batterie lithium-ion utilisée habituellement est remplacée par un système de cartouches d’hydrogène (vert, basse pression) alimentant une pile à hydrogène qui va à son tour alimenter le moteur – avec 150 km d’autonomie pour trois cartouches par exemple -, complètement sécure et que l’on peut recharger plus de 5 000 fois.

Cycleurope, c’est 90 % de VAE

Avec une superficie de 25 000 m², Cycleurope emploie aujourd’hui près de 200 personnes dont cent cinquante salariés permanents. Cela fait cinq ans que Jérôme Valentin en a modifié l’outil de production de façon à ce que les lignes de fabrication puissent produire des VAE : « Aujourd’hui, 90 % de nos fabrications, c’est du VAE. Nous possédons cinq chaînes de fabrication ». L’entreprise de Romilly-sur-Seine conçoit, assemble complètement, peint et décore des vélos, pour un chiffre d’affaires d’environ cinquante millions d’euros, la majorité des produits étant fabriqués localement. Parmi les innovations développées en interne, outre une machine à emballer semi-automatique, l’entreprise a installé en mai 2020 une nouvelle ligne de fabrication suspendue. Résultat : une meilleure ergonomie des postes de travail et un gain de 30 % de productivité.

Les vélos sont commercialisés via un réseau de revendeurs, composé de huit cents vélocistes en France. L’entreprise s’adresse également à une clientèle de professionnels, des grands comptes comme La Poste pour ses VAE et des collectivités, un marché appelé à se développer.

« Nous nous tournons également vers les entreprises souhaitant s’équiper pour leurs employés, grâce à des partenariats avec des sociétés de financement. Car les entreprises préfèrent payer des loyers pour un service plutôt que d’acheter des vélos ».

Nadine Champenois