Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le secteur de la piscine est en plein essor avec une croissance à deux chiffres

Aménagement. Joëlle Pulinx-Challet, déléguée générale de la Fédération des professionnels de la Piscine (FPP) expose les données clés du marché actuel des piscines, un secteur en plein essor.

Le secteur de la piscine est en plein essor avec une croissance à deux chiffres

Avec 1,8 million de bassins aménagés pour la baignade, la France est le premier marché en Europe et le deuxième au monde derrière les États-Unis. On compte en effet dans l’Hexagone une piscine pour 38 habitants loin devant l’Allemagne avec une piscine pur 112 habitants. Le poids économique de la piscine est donc conséquent avec plus d’1,5 milliards d’euros.

Le secteur de la piscine ne semble pas connaître la crise, bien au contraire. Malgré des commandes et des chantiers à l’arrêt pendant les deux mois du premier confinement, c’est une croissance à deux chiffres que le secteur a connu en fin d’année 2020. « La progression du marché est réelle, avec une croissance positive et à deux chiffres depuis 4 ans », livre ainsi Joëlle Pulinx-Challet, déléguée générale de la Fédération des professionnels de la Piscine.

+51% de piscines signées au deuxième trimestre 2020

« Pourtant le secteur a connu un violent coup d’arrêt lors du premier confinement avec -27% de piscines signées en mars 2020, comparativement à la même période l’année précédente, et -11% en avril 2020. » La reprise de l’activité s’est alors faite à la hauteur de l’arrêt.

« En tendance annuelle, nous sommes à +9,5% et en cumul de l’exercice à +13,5% »

« Les secteurs du bricolage, de la déco, de l’aménagement et du jardin ont tous connu un boum qui a suivi le confinement. Les gens avaient eu le loisir de mûrir leur projet mais ont aussi exprimé la volonté de prendre soin de leur environnement direct », analyse-t-elle. Ainsi, la reprise en juin 2020 a été spectaculaire avec une hausse du nombre de piscines signées de 43%, « du jamais vu ». Ainsi, le trimestre avril/mai/juin 2020 termine à +13,5% et un chiffre d’affaires global concernant la construction de +51% pour la période juillet/août/septembre.

« En tendance annuelle, nous sommes à +9,5% et en cumul de l’exercice à +13,5% », indique Joëlle Pulinx-Challet. Mais si le confinement a été un déclic pour certain, il faut garder à l’esprit que la construction d’une piscine ne se fait pas du jour au lendemain et que les projets ont été mûris souvent en amont. «  Pour faire fabriquer une piscine, il faut déjà faire une déclaration de travaux. La réponse prend entre un à deux mois.

Ensuite, il faut s’inscrire dans le carnet de commandes des professionnels. 2019 et 2020 étaient déjà bien pleins avant le premier confinement. Quant à la construction d’un bassin, il faut en moyenne compter 3 semaines. » La déléguée générale de la FPP précise aussi qu’une piscine « n’est pas un bien de première consommation, mais un ouvrage de génie civile qui va augmenter la valeur d’un patrimoine immobilier. »

Un secteur qui embauche

Au niveau national, le secteur compte 800 professionnels dont 450 possèdent le label ProPiscine, « c’est-à-dire que le professionnel est engagé vis-à-vis du client grâce à une charte respectant la sécurité, les normes mais aussi l’environnement ».

Le secteur des métiers de la piscine est en outre un secteur qui recrute dans des entreprises qui sont majoritairement des TPE / PME : « Nous avons actuellement une pénurie de main d’œuvre sur des métiers qualifiés comme maçon, terrassier ou électrotechnicien. Il existe d’ailleurs un brevet professionnel des métiers de la piscine. La FPP a créé dans ce sens une bourse de l’emploi, il y a vraiment de quoi faire une bonne carrière car il y a des opportunités. »

Nastasia Desanti