Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le Kabaret mise sur Clara Morgane pour sa rentrée

Spectacle. Les dirigeants rémois du Kabaret et du Salon Degermann annoncent une réouverture le 9 octobre après 16 mois d’inactivité.

Clara Morgane assurera dix dates à la tête de la revue du Kabaret à partir du 9 octobre 2021.

« Après 16 mois d’arrêt, cette réouverture est un peu comme une deuxième naissance », annonce Sébastien Bocahu, propriétaire et gérant du Kabaret (Le K) et du Salon Degermann à Reims. Il faut dire que ses établissements n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire depuis mars 2020, ne comptant que quatre petits jours d’ouverture en octobre de cette même année.

Dans ces conditions, l’annonce de la réouverture en octobre prochain sonne vraiment comme une renaissance pour le Directeur général et ses équipes. « Il y a dix ans quand nous avons démarré l’aventure du Kabaret, beaucoup de gens nous ont pris pour des fous », rappelle-t-il. Au fil des saisons, l’établissement a gagné son pari, jusqu’à accueillir 100 000 personnes par an avec une programmation variée, du music-hall au one-man-show en passant par du concert.

« Il y a dix ans quand nous avons démarré l’aventure du Kabaret, beaucoup de gens nous ont pris pour des fous »

Alors pour cette reprise, Sébastien Bocahu et son associée Magalie Ledoux ont décidé de frapper fort. « Il n’était pas question pour nous d’attendre que ça se passe, nous voulions marquer le coup ». Pour ce faire, les deux associés ont fait appel à Clara Morgane. Celle-ci interviendra en « guest » (invitée, ndlr) pour dix dates en meneuse de revue de la troupe de danseuses du Kabaret. De quoi booster sérieusement la programmation de l’établissement.

Pour rassurer les spectateurs, le Directeur général a lourdement investi dans des purificateurs d’air, avaleurs de microbes et de particules. Et pour mettre toutes les chances de son côté, il se prépare à appliquer une baisse tarifaire d’importance, de l’ordre de 15 à 30% sur certains spectacles en proposant de nouvelles prestations, sans boisson notamment, pour les spectacles donnés au K, où sont systématiquement proposés des repas en début de soirée. Pour cette salle de 820 places assises en mode repas et de 1500 places debout en mode concert, l’enjeu de la réouverture est donc de taille.

Deux salles en centre-ville

Egalement propriétaires du Salon Degermann, situé en plein centre-ville de Reims, les associés comptent aussi sur la rentrée 2021 pour lancer véritablement cet établissement dans lequel ont été créées deux salles : le Messieurs Dames et le Royal Comedy Club. La première proposera en alternance, un week-end sur trois un show transformiste, un spectacle d’humour et une soirée dansante années 80. La seconde, gérée par le producteur David Hardit, accueillera, comme son nom l’indique, des spectacles de café-théâtre. « En parallèle le Salon Degermann reste ouvert à la location », assure Magalie Ledoux.

« Les gens ont pris de nouvelles habitudes. On a donc opté pour cette stratégie et décidé de faire plus fort et encore mieux », assure Sébastien Bocahu. S’il se déclare « inquiet » quant à la manière dont le public répondra présent lors de la réouverture de ses salles de spectacle, il se veut néanmoins « convaincu que les gens viendront quand même ».

Un optimisme au service duquel le propriétaire du Kabaret a choisi de mettre une célébrité comme Clara Morgane. Côté marketing et notoriété en tout cas, le pari est d’ores et déjà gagné.

Benjamin Busson