Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le Domaine du château du Faucon rêve d’un avenir étoilé

Restauration. Les époux Robin vont investir deux millions d’euros dans leur château ardennais du XVIIe siècle pour aller à la chasse aux étoiles et réaliser un lieu de bien-être.

Hôtel haut-de-gamme classé quatre étoiles, le Domaine du château du Faucon situé entre Charleville-Mézières et Sedan sur le territoire de la commune de Donchery est implanté au milieu d’un parc arboré de 28 hectares. Son propriétaire, Jean-François Robin, a exposé aux responsables départementaux du tourisme son projet d’extension visant à offrir une nouvelle reconnaissance à cet édifice de caractère ayant appartenu au maître de forge, Jean-Nicolas Gendarme, et racheté à la famille Evin. Les objectifs des époux Robin sont élevés : obtenir une étoile au guide Michelin pour le restaurant « La Cotterie » et briguer une cinquième étoile pour la partie hôtellerie. Ce qui en ferait le premier cinq étoiles des Ardennes.

Actuellement, le Domaine comprend 36 chambres et suites dans le Château, ses pavillons et dépendances, des chambres d’hôtes personnalisées, un restaurant gastronomique et bistronomique, un centre équestre avec écurie, manège, paddock, salle d’attelage et une carrière où est organisé tous les ans un CSO. Le domaine dispose également d’une chapelle, des jardins d’hiver, un court de tennis, un golfcross, un étang et différents espaces dédiés à l’événementiel : soit aux affaires (séminaires, journées d’études, lancement de produit), soit aux festivités (mariages, anniversaires, communions, baptêmes).

Dix nouvelles chambres et un spa

Le programme présenté début mai aux décideurs locaux prévoit d’abord la réalisation en 2022 de dix nouvelles chambres : six au premier étage du bâtiment Mansard et quatre à l’intérieur du château. Le total d’hébergement sera ainsi porté à 46. Le second volet de ce lourd projet d’extension consiste à créer un spa d’une superficie de 500 m2 qui comprendra une grande piscine ouverte toute l’année, un jacuzzi, un hammam, un sauna, une douche à neige, des cabines de massage, une terrasse extérieure. Ce lieu de bien-être sera implanté à proximité du restaurant et du centre équestre. « C’est une belle ambition », se sont félicités en chœur les différents intervenants. Pour mettre en œuvre l’ensemble de ces aménagements, la famille Robin vient de procéder au recrutement d’un directeur général, Edouard Champrenault, dont les compétences s’élargiront à la gestion de l’Auberge du Port à Bazeilles, et d’un nouveau chef de cuisine, Alexis Salomon.
Le premier travaille depuis 25 ans dans les industries du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. À ces différents titres, il a déjà participé à des projets similaires à celui qu’il est chargé de mettre en place à Donchery. Il a aussi travaillé pour une grande enseigne française spécialisée dans les voyages. « Je suis là pour faire monter en puissance la globalité d’un projet qui doit redonner une attractivité supplémentaire au Domaine en permettant de capter plus encore les clientèles françaises et internationales, notamment les Belges, Néerlandais, Allemands et Anglais. Le site a aussi les atouts pour attirer une clientèle asiatique recherchant ce type de prestations ».
Àgé de 21 ans, le second a suivi un brevet, bac pro, BTS et une licence au lycée hôtelier de Bazeilles avant de travailler notamment au Domaine de Pont-Royal à Mallemort (Bouches-du-Rhône).
L’ensemble du programme s’inscrivant dans une démarche de développement durable, ce dossier espère bénéficier de la labellisation « clé verte » ou écolabel européen.

L’ADT comme tête de pont

Récemment retenu dans le cadre d’un appel à projet national auquel il avait candidaté, le projet sera accompagné par l’agence de développement touristique des Ardennes afin de ficeler le dossier le plus abouti avant son instruction devant l’ADEME (Agence de transition écologique) qui le rendra ou non éligible à une aide financière, avec un plafond à 200 000 euros.

Pascal Remy