Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le club i3A repart sur de nouvelles bases

Agro-alimentaire. Après la dissolution de l’Aria Grand Est, chaque territoire reprend son autonomie pour agir en faveur des entreprises de la filière.

Le délégué général, Jean-Thomas Robichon et la présidente du club i3A, Angélique Guilleminot.

Pour le Club I3A, la page de l’Aria Grand Est est déjà tournée. Fin 2018, les trois associations régionales Aria Alsace, Agria Lorraine et le Club i3A Champagne-Ardenne avaient mutualisé leurs ressources pour constituer l’Aria Grand Est.

Deux ans plus tard, force est de constater que la greffe n’a pas pris pris puisque l’Aria Grand Est a été dissoute. Une séparation qui s’est faite en commun accord des trois structures territoriales. « C’était compliqué car chaque territoire avait ses spécificités propres, son identité et il y avait aussi nécessité de travailler au plus près des entreprises », constate Angélique Guilleminot, présidente du club i3A et qui présidait par ailleurs l’Aria Grand Est.

« Il y a une attente forte des consommateurs pour les circuits courts, les produits du terroir, le savoir-faire local »

La Région Grand Est continue de soutenir les actions des entités territoriales dont l’une des missions est de promouvoir les produits et les entreprises de la filière agro-alimentaire. « Depuis le début de l’année, nous sommes dans une dynamique de renouveau du club i3A Champagne-Ardenne », poursuit Angélique Guilleminot. Un nouveau souffle qui attire aussi de plus en plus d’entreprises adhérentes, de toutes tailles. Elles sont actuellement une cinquantaine sur les quatre départements de Champagne-Ardenne, avec une forte proportion d’Aubois.

Les actions de promotion qui ont bien fonctionné jusqu’ici derrière la bannière collective « Savourez la Champagne-Ardenne » continueront d’être menées. « Les consommateurs sont très en demande de produits locaux identifiés comme tels », rappelle le directeur d’un hypermarché troyen, présent à l’assemblée générale du club i3A. Les actions collectives de promotion dans les magasins ou auprès des acheteurs de la grande distribution vont perdurer même si tout est appelé à évoluer.

Des évolutions à venir

Les responsables du club i3A ont lancé un chantier de réflexion sur l’évolution de la structure, de ses actions, et de son fonctionnement. « Le changement est toujours source d’opportunités », souligne Rony Céleste, responsable de la société troyenne Marketing & Innovation qui accompagne l’association dans cette démarche « qui s’appuiera sur l’existant pour déployer de nouveaux services ».

Une cinquantaine d’idées ont été émises autour de quatre items : profitabilité, digital, phygital et convivialité. Parmi les objectifs, il s’agira aussi de développer la communication notamment sur les réseaux sociaux et internet afin de faire connaître davantage les productions locales. Sans pour autant abandonner la présence en magasin. « Pour augmenter notre notoriété, on pourrait imaginer des boutiques éphémères à Troyes, Reims ou encore Charleville-Mézières », avance Didier Barbe, qui produit des spiritueux dans l’Aube. En tout cas, le moment est propice.

« Il y a une attente forte des consommateurs pour les circuits courts, les produits du terroir, le savoir-faire local », rappelle la présidente du club i3A Champagne-Ardenne. Un autre objectif du club sera aussi d’élargir le cercle d’adhérents avec des entreprises très diversifiées et des circuits de distribution largement différenciés.

Laurent Locurcio