Informations régionales économiques et juridiques
129e année

La pépinière carolomacérienne s’étoffe de six nouveaux talents

Start-up. Six nouveaux porteurs de projet ont intégré la structure située à Charleville-Mézières.

Antoine Boucher, Sahin Akdag, Gaëlle Vaucher et Louise Lamotte aux côtés de Céline Geoffroy, la directrice de la pépinière (seconde, à partir de la gauche).

Depuis 2014, la pépinière d’entreprises d’Ardenne Métropole situé sur le pôle du Val de Vence à Charleville-Mézières accueille de jeunes sociétés en les hébergeant lors de leurs quatre premières années d’activités. Malgré le contexte sanitaire, les demandes d’accompagnement persistent, démontrant un dynamisme local. Céline Geoffroy, la directrice de la structure constate d’ailleurs une évolution dans l’accueil des entreprises : « Le Covid peut aussi être un déclencheur de projets. Nous recevons ainsi plus de jeunes diplômés qui, après une belle expérience ailleurs en France, souhaitent aujourd’hui créer ou poursuivre leur activité sur Charleville-Mézières, à proximité de leur famille et dans un cadre plus serein. Ces porteurs de projets arrivent d’Ile-de-France, de Bretagne ou du Centre. Cette vague de jeunes entrepreneurs apportent une belle mixité de profils et un certain dynamisme à l’ensemble ».
Présentation des 6 porteurs de projets :

  • BODY FEED
    Présidée par le chiropracteur carolomacérien, Antoine Bouchet, la SAS Boody Feed sort de trois ans d’incubation à Rimbaud’Tech pour occuper un atelier de plus de 100 m2 au sein de la pépinière. Elle y lancera la pré-série et l’assemblage d’une table de décompression vertébrale basée sur la déclivité et la vibration. Ce dispositif médical utilisé pour la prévention et le curatif est destiné au domaine sportif, à la qualité de vie au travail et aux personnes touchées par des troubles musculo-squelettiques. Antoine Bouchet est déjà à la tête d’une équipe de quatre salariés (ingénieur en mécanique, doctorant, designers). Il travaille en collaboration avec deux entreprises : Léon Badré (Hautes-Rivières) pour la mécanique générale et Un Zéro Un (Charleville-Mézières) pour l’informatique. Soutenue par l’URCA, Body Feed est actuellement en phase de recherche d’investisseurs. Avant d’entrer en production, probablement en début d’année 2022, la société ardennaise accueillera en septembre une délégation du Centre d’innovation médicale de Nancy qui viendra tester la table 100% made in Ardennes.
  • VAILLANCE EMPLOI
    Diplômée d’un master en management des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux à l’Université Catholique de Lille, Louise Lamotte, s’est rendu compte tout au long de ses différents stages de la difficulté des employeurs à recruter du personnel dans ce secteur d’activité, et aussi des contraintes qui en découlent tant au niveau des conditions de travail que de la prise en charge des bénéficiaires. À la sortie de ses études et lors de ses recherches d’emploi une fois revenue dans les Ardennes, la Carolomacérienne a réalisé qu’il n’existait pas, sur le territoire, une agence spécialisée dans le domaine. Il lui est donc venu l’idée, après deux années d’accompagnement par différentes structures, de créer Vaillance Emploi, agence spécialisée dans le secteur social, médical et paramédical. Elle est destinée à tous les établissements et candidats à ce domaine d’activité et propose la prise en charge totale ou partielle de la procédure de recrutement avec un soutien à l’intégration du nouveau collaborateur.
  • COMSEA
    Après 12 ans passés en France et à l’étranger, Gaëlle Vaucher a souhaité rentrer dans les Ardennes pour créer COMSEA, une agence de communication « dont la raison d’être est d’allier un message pertinent à un visuel cohérent ». Entourée d’Evan et Erwan, Gaëlle accompagne les TPE et PME locales dans la définition d’une stratégie de communication répondant aux enjeux de l’entreprise. « Parce que faire quelque chose de beau, c’est bien, mais créer des outils qui aident l’entreprise à se développer concrètement, c’est encore mieux ». Le travail en amont pour bien comprendre les objectifs « bussiness » de l’entreprise est donc capital. « Avant de créer un site Internet ou prendre en main la gestion des réseaux sociaux de nos clients, nous passons beaucoup de temps avec le dirigeant et ses équipes à analyser et s’imprégner de la stratégie d’entreprise », précise Gaëlle Vaucher dont la société, depuis son ouverture le 1er mars, compte déjà des clients ardennais et marnais dans des domaines aussi variés que la menuiserie, le spectacle ou le recrutement.
  • CHECK AND CONSULT
    Ayant passé le BZEE, un diplôme permettant de travailler dans l’éolien, au centre belge Technifutur tout en suivant une partie de ses études au lycée Bazin de Charleville-Mézières, Emilien Petit a fondé Check and Consult, une entreprise qui exerce dans tous les services liés à la maintenance d’éoliennes et mâts de mesures. Seul salarié actuellement de cette TPE, Emilien fait appel aux agences d’intérim quand le besoin s’en fait sentir. « Nous menons diverses missions : les activités de maintenance préventive, corrective et curative, des audits de fin de maintenance, l’inspection de pales et mâts, les travaux sur plateforme suspendue (traitement anticorrosion, nettoyage…), la vérification de chaque réglage en relation avec la sécurité et la performance. Tout en assurant aussi des programmes de formation adaptés aux besoins », résume Emilien Petit.
  • ACTIV’ EXPERTISE ARDENNES
    Diagnostiqueur depuis plus de trois ans, Jonathan Wallet, 36 ans, a intégré la pépinière en avril, après un démarrage à domicile et à son propre compte sous la franchise Activ’expertise. Après une bonne première année en solitaire, cet expert en diagnostic immobilier a embauché un technicien afin de répondre à ses clients. Un sous-traitant en diagnostic immobilier et une assistante viendront d’ici peu compléter l’équipe. Sa société réalise sur l’ensemble du département des diagnostics immobiliers avant vente et location (DPE, amiante, gaz, électricité, plomb, surface, état parasitaire et mérule) et avant des travaux de démolition et audit énergétique. Cela afin de protéger le vendeur et d’informer le futur propriétaire ou locataire sur les éléments susceptibles de présenter des risques pour la santé ou la sécurité.
  • REAK
    Titulaire d’un Master 2 Start Up factory et déjà doté d’une belle expérience professionnelle dans la Marne et en Ile-de-France, Sahin Akdag, président de la société REAK, entreprise spécialisée dans rénovation de façade et l’isolation thermique par l’extérieur est entré en mars au sein de la pépinière carolomacérienne. « Nous souhaitons apporter une alternative au procédé classique par isolation thermique par l’extérieur par un système de bardage avec des produits en bois, en PVC… », explique le dirigeant qui souhaite allier son expérience en gestion d’entreprise à un savoir-faire familial dans le bâtiment sur le secteur porteur de l’isolation thermique.
Pascal REMY