Informations régionales économiques et juridiques
129e année

La gare désaffectée de Marly-Gomont devient un restaurant riant

Restauration. À Marly-Gomont, la belle petite gare en briques n’a pas vu un passager depuis près d’un demi-siècle. Et la voilà débordant de clients heureux depuis sa transformation en restaurant il y a deux mois.

La gare désaffectée devient un restaurant riant.

C’est la passion, la pression et le soutien des « potes » qui ont convaincu Marc Anfray, 66 ans, de se lancer dans l’aventure. Et c’est le hasard qui a poussé cet ancien professionnel du tourisme équestre à se tourner vers les chemins de fer. En quête d’un lieu pour mettre son projet sur la voie, il est tombé sur la gare de de Marly-Gomont. Elle ne servait plus depuis la fin des années 60 et la ligne Hirson-Guise qui la desservait a été fermée en 1978.

« Le concept marche très bien. Il faudrait un lieu comme ça dans chaque canton. »

La bande d’amis l’a rachetée pour en faire d’abord un bar, vite apprécié. Puis, ayant créé la demande, ils sont passés à la seconde phase du projet : en faire un estaminet convivial avec musique et restauration. « Le concept marche très bien, assure le patron à France 3. Il faudrait un lieu comme ça dans chaque canton. » Ainsi les jeunes éleveurs et agriculteurs du coin s’y retrouvent le vendredi soir. Mais il n’y a pas que les jeunes, des gens de toute génération sont heureux de disposer dans les environs d’un lieu accueillant et de belle allure.

Wagon-cuisine

« La Halle », c’est son nom, a conservé tout le décorum de la gare, reconstruite après la Première guerre mondiale et joliment restaurée et aménagée par ses nouveaux propriétaires. Marc Anfray et « ses potes » se sont laissé gagner par la ferveur ferroviaire. Partout le métal se marie au bois, les vues de gares anciennes ornent les murs et les banquettes évoquent les trains d’autrefois.

On a même installé la cuisine dans un vieux wagon récupéré en Belgique. Ses amis ont aidé Marc à poser 65 mètres de rail pour l’installer contre la gare, forcément heureuse de retrouver de la compagnie.

Stéphane Bourdier