Informations régionales économiques et juridiques
129e année

La construction passive se donne rendez-vous dans l’Aube

Bâtiment. Deux journées professionnelles sont organisées à l’initiative de la Fédépassif Champagne-Ardenne pour faire le point.

Pont-Sainte-Marie accueille plusieurs exemples de maisons passives sur son territoire.

Portée par les enjeux du développement durable, la construction passive trace sa voie et fait l’objet de réalisations toujours plus nombreuses. Pour aller plus loin, la Fédération Française de la Construction Passive, et sa section régionale Fédépassif Champagne-Ardenne organisent deux « journées pros », les 16 et 17 septembre prochains à Pont-Sainte-Marie. Une commune de l’agglomération troyenne idéale pour que les participants puissent y visiter des bâtiments certifiés passifs, comme par exemple le collectif de 17 logements sociaux du Moulinet de Troyes Aube Habitat.

Par ailleurs au programme de ces deux journées ouvertes exclusivement aux professionnels (constructeurs, architectes, maîtres d’oeuvre et d’ouvrage, élus, promoteurs, fabricants de matériaux, etc.), figurent également des conférences et des retours d’expériences en matière de bâtiments passifs. C’est le cas par exemple du témoignage de l’entreprise Wood Construction qui réalise depuis plus de dix ans des maisons passives.

La première journée sera consacrée à la construction neuve, alors que le lendemain traitera de la rénovation, avec la présentation de projets entrant dans ce cadre comme celui de l’école de Pont-Sainte-Marie. À noter également qu’une dizaine de fabricants exposeront leurs produits techniques et que des professionnels animeront un point info conseil.

Une formation spécialisée lancée à Troyes

Enfin, il est également prévu une visite de l’IUMP (Institut Universitaire des Métiers et du Patrimoine) de Troyes, ainsi que de l’Institut Supérieur de la Construction Passive qui y ouvrira ses portes justement en septembre en proposant une licence professionnelle de « concepteur et maître d’oeuvre en construction passive ». Une première promotion de 20 élèves est prévue. « Nous entrons progressivement dans une autre ère qui va être celle du bâtiment passif à terme, mais il y a besoin encore de sensibiliser, de former des gens pour pouvoir développer le nombre de constructions passives », précise Pascal Landréat, qui préside la section la Fédépassif Champagne-Ardenne.

La construction passive répond à des normes très précises, notamment de consommation d’énergie avec un seuil maximal de 15 kilowatts par an et par m.. « Une telle maison ne consomme pratiquement pas d’énergie mais il y a également un avantage important en termes de bien-être et de confort », poursuit Pascal Landréat, qui est également maire de Pont-Sainte-Marie. Cette commune, qui possède son écoquartier accueille déjà un certain nombre de maisons et d’immeubles passifs, et porte régulièrement de nouveaux projets dans ce domaine.

Ces constructions sont, grâce à leur conception et leur orientation, naturellement protégées en hiver, mais aussi en été. Ainsi, lorsque les températures externes oscillent entre 35 et 40 degrés, l’intérieur de l’habitat ne dépasse pas 24 degrés, sans recourir à un système de climatisation. À noter que pour participer à ces deux « journées pros » autour de la construction passive à Pont-Sainte-Marie, la clôture des inscriptions est fixée au 6 septembre (ou dans la limite des places disponibles tenant compte des mesures sanitaires).

Laurent Locurcio