Informations régionales économiques et juridiques
130e année

L’immobilier aubois bat des records

Immobilier. Ventes en hausse de 20 %, progression sensible des prix des appartements anciens, les notaires de l’Aube font le point sur 2021.

Me Cossard, Dal Farra et Drouhin ont présenté les données sur le marché immobilier aubois en 2021. Laurent Locurcio

Les statistiques sur le marché immobilier aubois présentées par la chambre interdépartementale des notaires incitent à l’optimisme. En 2021, c’est le marché des appartements anciens qui s’est le mieux porté dans l’Aube, avec une hausse annuelle de 11,7 %, bien au dessus de la moyenne nationale de 7,5 %. La forte demande, en progression pour la seconde année consécutive, a fait grimper les prix des transactions. Le prix médian atteint l’an dernier, soit 1 430 euros du m² est tout simplement le plus haut enregistré depuis dix ans. « Avec un niveau de prix qui reste somme toute très raisonnable, Troyes reste une ville très attractive pour tous les investisseurs, et notamment les Parisiens », analyse Me Cossard en ce qui concerne le marché des appartements anciens.

L’augmentation constante du nombre d’étudiants est un autre facteur incitatif pour les investisseurs à la recherche de rendement locatif. Particularité auboise, 70 % du marché des appartements anciens se concentre à Troyes. Les quartiers les plus recherchés étant Cathédrale (1 640 euros), Gare (1 600 euros) et Écrevolles (1 550 euros). Selon les statistiques des notaires aubois, le secteur des maisons anciennes s’est bien tenu, avec une progression de 3,8 % et un prix médian de 136 000 euros.

« Il faut toutefois tenir compte d’importantes disparités selon les secteurs géographiques, l’agglomération troyenne continuant d’être recherchée, alors que l’est aubois continue de baisser », indique Me Dal Farra. Grâce à des acheteurs venus de région parisienne, le Nogentais a enregistré une progression de 17,3 % et un prix médian attractif de 117 300 euros. Même constat pour le Pays d’Othe, en hausse de 8,7 % avec 128 900 euros en prix médian. « Pour Troyes, le prix médian – 155 000 euros – est en recul mais cela correspond à un déplacement du marché vers des maisons plus petites dont la surface est passée de 100 à 90 m² », ajoute-t-elle.

Un marché aubois dynamique

Le marché des terrains à bâtir est affecté par les évolutions réglementaires.
« Malgré cela, les transactions ont augmenté en volume de 5 % et le prix médian est en hausse de 7,7 % à 45 300 euros », note Me Drouhin. Mais les notaires aubois constatent un désintérêt pour les terrains dans les lotissements, jugés trop petits au profit de surfaces de 1 000 à 1 500 m², forcément plus éloignées de Troyes. Un changement qui se traduit dans les transactions observées puisque les ventes de terrains de 900 à 1500 m² a augmenté de 31 %, bien plus que celui des superficies de moins de 600 m².

D’une manière générale, tous types de biens confondus, le marché immobilier aubois aura été particulièrement dynamique en 2021, avec une hausse des volumes de transaction de 20 %, devançant la Marne (+ 13 %) et les Ardennes (+ 12 %). Une hausse des volumes qui est due certes à un rattrapage par rapport à l’année 2020 perturbée par le confinement. Pour autant, le marché immobilier aubois s’est montré dynamique au niveau des prix, loin devant le Grand Est qui n’enregistre que + 1,5 % sur les appartements anciens et une stabilité du prix médian des maisons anciennes.

« Le maintien de taux d’intérêt bas, la volonté de changement après le confinement, l’attrait pour l’investissement immobilier dans un monde de plus en plus compliqué sont des éléments qui incitent à l’optimisme malgré le contexte actuel », conclut Me Dal Farra. Le marché immobilier aubois a encore du potentiel. Les notaires constatent d’ailleurs que, grâce à cet excellent cru 2021, le marché aubois ne fait que rattraper le niveau qui était le sien, il y a dix ans. Il reste encore même en-deçà de 2,9 % pour être précis.

Laurent Locurcio