Informations régionales économiques et juridiques
130e année

L’IFAG étend son offre sur le Campus Sup Ardennes

Entrepreneur. En complétant sa gamme de formations à Charleville-Mézières, l’IFAG entend préparer les « middle managers » de demain à exercer au sein des PME locales.

Dominique Fontaine, directeur du réseau IFAG, et Boris Ravignon, président d’Ardennes Métropole. Pascal Rémy

Avec 2 500 étudiants répartis sur 26 campus, 16 incubateurs, 1 900 contrats en cours, plus de 3 000 entreprises partenaires et déjà plus de 16 000 diplômés depuis sa création en 1987, l’IFAG est, aujourd’hui, un des acteurs majeurs de l’alternance en France. L’Institut de Formation aux Affaires et de Gestion, déjà présent sur le Campus Sup Ardennes avec des formations bac +2, va encore étendre son influence en densifiant son programme à la rentrée 2022 avec huit MBA.

Planter la graine de l’entrepreneuriat

« Notre ambition est de permettre aux jeunes Ardennais de poursuivre leurs études sur leur territoire en leur inculquant l’esprit d’entreprendre, qui est notre ADN, afin qu’ils puissent par la suite oeuvrer sur ce bassin d’emploi et participer ainsi à la vie économique locale », souligne Dominique Fontaine, directeur du réseau IFAG. À partir de septembre, associé à l’UIMM, l’institut proposera huit nouvelles filières certifiées par l’Etat : entrepreneuriat et management, dirigeant d’entreprise, international business management, management RH, gestion et finances, digital business marketing, opérations et supply chain et manager Retail. Elles compléteront les formations en cours : BTS MCO et BTS GPME (bac + 2), Bachelor Manager de projet et Bachelor Entrepreneuriat et Open Innovation (bac +3).

700 étudiants gagnés

Boris Ravignon, le président d’Ardennes Métropole, mesure le chemin parcouru depuis quelques années. « Avec l’Eisine, le retour du CNAM à Sedan, l’IFAG et Y Schools, le département a gagné en attractivité. Le chiffre des étudiants est ainsi passé de moins de 2 000 en 2013 à plus de 2 700 aujourd’hui. Soit une augmentation de plus de 25 %. Et ce type d’initiative va encore accroître le phénomène ».

Pascal Remy