Informations régionales économiques et juridiques
130e année

L’EPF, école d’ingénieurs troyenne voit plus grand

Enseignement. Un chantier d’extension à 10 millions d’euros pour doubler le nombre d’élèves-ingénieurs à Troyes.

Une pose symbolique de première pierre pour marquer l’extension de l’école d’ingénieurs EPF. Laurent Locurcio

L’Aube continue d’investir dans l’enseignement supérieur. Une volonté qui se concrétise en particulier autour du site de Rosières, à proximité de l’Université de Technologie de Troyes, à travers plusieurs chantiers en cours. C’est le cas pour le projet d’extension de l’EPF, une école d’ingénieurs qui s’est installée en 2014 dans des locaux construits, déjà, par le Département de l’Aube. Depuis, le campus troyen de l’EPF n’en finit pas de grandir. Le site actuel étant calibré pour accueillir 250 élèves ingénieurs, il a fallu trouver une solution pour monter la capacité d’accueil à 500 étudiants. L’opération retenue consiste à créer un nouveau bâtiment relié au premier par un grand hall.

Au total, ce sont 3 500 m² de nouvelles surfaces qui seront mises à disposition de l’EPF. Ce chantier sera également l’occasion de réhabiliter de la surface existante pour 3 000 m². Cet agrandissement va donner une visibilité supplémentaire au site troyen de l’EPF. L’école est née en 1925 à Paris, avec pour nom École Polytechnique Féminine. C’était alors l’une des premières grandes écoles en France à former des femmes aux métiers de l’ingénieur. Sa formation polytechnique permet aux étudiants d’acquérir des compétences scientifiques et techniques très appréciées tant dans l’industrie que les services. Actuellement l’EPF compte 2 400 étudiants – dont 35 % de femmes – dont environ 300 sur son campus troyen qui est donc appelé à se développer.

Un investissement local

Les collectivités locales ont mis la main au portefeuille pour financer le chantier en cours. Le montant de l’opération s’élève à 10 millions d’euros HT, financés par le Département de l’Aube (5,95 M€ hors foncier et coût de la maîtrise d’ouvrage), la Région Grand Est (2,25 M€) et Troyes Champagne Métropole (1,8 M€). Symboliquement, la pose de la première pierre de l’extension de l’EPF vient d’avoir lieu en présence notamment de Jean Rottner, président du Conseil régional Grand Est, Philippe Pichery, président du Conseil départemental de l’Aube et François Baroin, président de Troyes Champagne Métropole.

L’occasion pour les élus de souligner la dynamique troyenne dans le domaine de l’enseignement supérieur qui se traduit aujourd’hui par la présence de plus de 11 500 étudiants, dont 30 % de plus au cours des dix dernières années. Une progression encore plus forte dans les formations d’ingénieurs, inexistantes il y a 25 ans, mais bien présentes aujourd’hui notamment à travers l’UTT et les campus troyens de l’EPF et de l’ESTP. Une hausse qui se poursuit avec les divers projets en cours, dont l’extension de l’EPF fait évidemment partie ainsi que le futur bâtiment de l’ESTP Troyes.

Laurent Locurcio