Informations régionales économiques et juridiques
129e année

L’abattoir de Rethel sauvé de la liquidation

Agroalimentaire. Le tribunal de commerce de Sedan a donné son feu vert à la reprise de l’outil du sud des Ardennes par les Bergers du Nord-Est et la Socavi.

Président du conseil d’administration et directeur général de « Viandes et Territoires », Kevin Tinant va se tourner vers d’autres aventures. Pascal Rémy

Appelé une nouvelle fois à statuer sur l’avenir de l’abattoir de Rethel, le tribunal consulaire de Sedan a accepté, le 21 octobre, l’offre de reprise portée par deux utilisateurs de l’infrastructure : la coopérative des Bergers du Nord-Est (BNE), implantée dans l’Aisne, et la Socavi, laquelle gère déjà une structure similaire à Charleville-Mézières. Après quatre ans d’exploitation qui n’auront pas été un long fleuve tranquille, tant la période a été truffée d’obstacles, l’association « Viandes et Territoires » a donc passé le relais, le 1er novembre, à une nouvelle société, baptisée Prestaba.

« L’important c’est que le site perdure sur le territoire et que plus de la moitié de l’effectif soit gardée sur place »

Celle-ci conserve 18 des 33 salariés encore en activité sur place. Kevin Tinant, le président du conseil d’administration de « Viandes et Territoires » qui avait tenté de garder la main mise sur l’équipement rethélois était à la fois amer et fair-play à l’heure de dresser le bilan d’une expérience qui, dès le départ, s’est avérée très délicate.

« En 2017, quand nous avons repris l’abattoir, nous avons été tout de suite obligés de lever trois mises en demeure concernant la protection de l’environnement, du personnel et de l’hygiène. En l’espace de quatre ans, nous nous sommes attelés à remettre le site en conformité au point d’obtenir la certification IFS. Mais l’ensemble des engagements financiers pour y arriver (deux millions d’euros) s’est fait au détriment du productif. Nous tournions à la moitié de nos capacités, ce qui ne nous a pas permis de trouver un équilibre économique. L’important c’est que le site perdure sur le territoire et que plus de la moitié de l’effectif soit gardée sur place ».

600 000 euros d’aides mais pas de décollage

L’abattoir est spécialisé dans plusieurs activités dont le commerce de viandes vers la grande distribution, les bouchers traditionnels et la restauration collective mais aussi la prestation de services allant de l’enlèvement des animaux à la ferme à l’abattage, la découpe et la transformation de bovins, ovins et porcs. Mais à cause d’un manque de trésorerie récurrent, il n’a jamais réellement décollé, en dépit des aides apportées par les collectivités locales : rachat des 5 000 m2 de superficie et des murs par le Pays Rethélois à hauteur de 350 000 euros et prêt de restructuration de 250 000 euros par la Région Grand-Est.

En redressement judiciaire depuis le 8 janvier 2020, l’équipement qui avait néanmoins réalisé un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros en 2020 était donc voué à la disparition d’autant que plusieurs actionnaires s’étaient retirés. Acteurs incontournables de la filière viande et impliqués de longue date dans l’économie locale, « Les Bergers du Nord-Est » et la Socavi ont reçu le soutien de la FDSEA et de la Chambre d’agriculture pour pérenniser et dynamiser un outil qu’ils estiment « stratégique » d’autant qu’il concerne une centaine d’éleveurs de bovins, porcs et agneaux en bio et vente directe.

Avec 18 salariés

La SAS Prestaba, constituée à 50% par la coopérative des Bergers du Nord-Est et à 50% par la Sarl Socavi a donc pris la gestion de l’abattoir de Rethel le 1er novembre. Les deux actionnaires, Thierry Vroman et René Duroy, feront cause commune à la tête de la nouvelle société en assurant la direction. La SCA « Les bergers du Nord-Est » regroupe quelques 350 éleveurs répartis sur les régions Hauts-de-France et Grand Est. Elle commercialise actuellement et directement 35 000 agneaux en carcasse auprès des boucheries, grossistes et magasins de grande distribution.

Quant à la Socavi, elle est en relation directe avec l’abattoir de Charleville-Mézières qu’elle exploite à travers la Sarl Socada. « Les deux actionnaires vont mutualiser leurs compétences, développer l’activité de leurs entreprises respectives en mettant en place des synergies afin d’améliorer la compétitivité des deux abattoirs ardennais en valorisant localement et régionalement toutes les espèces dans tous les segments de marché », ont fait savoir les repreneurs dans un communiqué. Prestaba sera dédié à 100% aux prestations de service (abattage, transport froid, découpe, transformation et emballage) des éleveurs, des chevillards (grossistes) et des boucheries (artisans et GMS) de la Marne, des Ardennes et de l’Aisne.

Les deux actionnaires ont annoncé le lancement d’un programme d’investissements en matériels et en formation afin d’améliorer les conditions de travail, la réception et le logement des animaux en bouverie ainsi que la valorisation des sous-produits généras par l’abattage. Prestaba veut aussi améliorer les performances énergétiques et environnementales de l’abattoir rethélois. Reste maintenant à souhaiter que les deux repreneurs parviennent à consolider la poursuite de l’abattoir de Rethel.

Pascal Remy