Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Impuls’Aube, entreprise d’insertion pour les indépendants

Solidarité. Brigitte Klinkert, ministre chargée de l’Insertion était en déplacement, à Troyes pour le lancement de la première entreprise d’insertion par le travail indépendant du Grand Est.

La ministre déléguée chargée de l’Insertion, Brigitte Klinkert, a visité à Troyes, des structures d’insertion par l’économie, notamment au Rucher Créatif. Laurent Locurcio

C’est dans l’Aube que vient d’être lancée la première EITI du Grand Est. En France, ces « entreprises d’insertion par le travail indépendant » sont encore peu nombreuses mais sont appelées à se développer. « L’objectif du gouvernement est de permettre la création de 40 000 emplois de travailleurs indépendants avant la fin de 2022 », précise Brigitte Klinkert, la ministre en charge de l’Insertion, venue à Troyes assister au lancement officiel d’Impuls’Aube.

« Il y a un créneau à développer avec l’emploi indépendant et il faut qu’il y ait des structures adaptées pour aider ceux qui se lancent, quelle que soit leur situation »

Cette EITI financée par l’État et le Département de l’Aube, vise à accompagner 70 travailleurs indépendants dont l’activité ne permet pas de générer des revenus suffisants. « Je rappelle que parmi les 9 000 bénéficiaires aubois du RSA, 900 sont des travailleurs indépendants dont l’activité ne permet pas de générer des ressources suffisantes », fait remarquer Philippe Pichery, président du conseil départemental de l’Aube.

L’EITI, cette forme particulière d’insertion par l’activité économique, a pour objectif d’accompagner ces travailleurs indépendants à la fois dans le développement de leur entreprise mais aussi sur le plan socio-professionnel. Formation, coaching, intervention d’experts, tout est possible dans la cadre du plan d’action individualisé qui s’étalera sur une durée de 24 mois au maximum. Pour la mise en oeuvre du dispositif aubois, c’est la coopérative d’entrepreneurs salariés Synercoop qui a été retenue. Cette structure atypique de coopérative d’intérêt collectif a une forte expérience de l’accompagnement d’indépendants dans la pérennisation de leurs activités.

Pérenniser l’activité des indépendants

Située dans les locaux du Rucher Créatif, le tiers-lieu troyen, Impuls’Aube a déjà lancé son activité depuis quelques semaines. « Nous comptons déjà 65 personnes qui ont décidé d’intégrer le parcours », précise Christelle Goufa, coordinatrice d’Impuls’Aube. Un certain nombre sont déjà parvenus à augmenter leur chiffre d’affaires, une priorité pour ces travailleurs indépendants qui comptent bien sur l’effet « booster » de cet accompagnement personnalisé pour se lancer définitivement. « Il y a un créneau à développer avec l’emploi indépendant et il faut qu’il y ait des structures adaptées pour aider ceux qui se lancent, quelle que soit leur situation », note la ministre.

L’objectif de l’EITI étant de permettre au travailleur indépendant de sortir des minimas sociaux pour parvenir à vivre durablement de ses activités économiques. Brigitte Klinkert s’est aussi rendue dans d’autres structures auboises relevant de l’insertion par l’économie. C’est le cas de l’association intermédiaire Boutique Boulot, du restaurant d’insertion Kantinetik situé lui aussi au Rucher Création, sans oublier la mission locale de Troyes dont l’action est orientée vers les jeunes. « Dans l’Aube, dans le cadre du plan national de relance de l’inclusion, une enveloppe de 1,421 million d’euros a été débloquée dans le but de permettre aux entreprises d’insertion de traverser la crise et de continuer de créer des emplois », souligne Brigitte Klinkert. Actuellement, ce sont d’ailleurs 269 emplois dans l’inclusion qui sont en cours de création dans le département dans diverses structures.

Laurent Locurcio