Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Gorez Travaux publics mise sur la RSE

Travaux Publics. Créée en 1971, l’entreprise de Travaux publics Gorez, qui possède des agences à Betheny, Rethel, et Guise mise aujourd’hui sur une stratégie RSE très poussée, qui lui a valu de recevoir le label RSE délivré par la Fédération des Travaux publics de Champagne Ardenne.

L’entreprise de Travaux publics Gorez s’est fortement inscrite dans une démarche RSE depuis deux ans.

En une année, l’entreprise marnaise de Travaux publics Gorez, spécialisée notamment les travaux routiers, le béton bitumeux, le terrassement et la VRD, a diminué par deux le nombre d’accidents de travail. Ce chiffre résumerait presque à lui seul l’ampleur de la transformation qu’a effectué l’entreprise depuis un an et demi grâce à sa stratégie RSE.

Fondée en 1971, Gorez SA compte aujourd’hui 210 salariés sur huit sites différents. Un des derniers chantiers sur lequel l’entreprise a travaillé est exemplaire en matière de RSE car il répond à « une charte verte ». Situé à Bétheny, ce dernier est voué à accueillir le projet Les Promenades de Damoiselle, un programme immobilier de plus de 200 logements individuels et collectifs du bailleur social Plurial Novilia, capable de s’autoalimenter en énergie.

Afin de coller à la charte de chantier vert, l’entreprise a multiplié les actions, chapeautées notamment par la responsable Qualité Sécurité Environnement (QSE) du groupe, Charline Gorez. « Nous avons tout d’abord œuvré contre les nuisances sonores. C’est un chantier qui a duré 18 mois, à proximité d’habitations, du lundi au vendredi et parfois la nuit. Les signaux sonores des machines de chantier sont stridents, de manière à éviter les accidents, mais ils sont aussi dérangeants pour les riverains et les ouvriers. Nous avons donc mis en place d’autres types de signaux, surnommés ‘‘ cri du lynx ’’, abaissés à 75db contre 100db pour un engin classique. » Cet abaissement du niveau sonore a été étudié avec l’OPPBTP, l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics. Toutes les émissions diverses ont en outre été mesurées en bilan carbone afin d’affiner au plus près les techniques pour les réduire au minimum.

Des audits réguliers

Autre exemple d’axe d’amélioration pour l’entreprise : les bordures de route ont été coulées en une seule fois, grâce à une machine spécifique « évitant ainsi toute manutention manuelle et risques de blessure dues au poids des charges installées ». Le chantier, qui s’est terminé pour l’entreprise fin juin 2021, était par ailleurs audité toutes les semaines. « Le respect de nos engagements et procédures sécurité environnement était vérifié toutes les semaines par des contrôles inopinés », explique Charline Gorez.

« Aujourd’hui, il n’est plus admissible de retrouver des déchets de chantier, en nature ou laissés à l’abandon. Le traitement sur site a nécessité un investissement mais c’est un investissement vertueux. »

Il faut souligner que l’entreprise ne lésine pas en amont, sur la formation de ses salariés, quels qu’ils soient. « Dès qu’un nouveau salarié entre dans l’entreprise, CDD ou intérimaire, il est accueilli sur son site par le responsable qui lui fait une visite des locaux et lui présente les autres salariés. Ensuite, on lit avec lui le livret d’accueil qui présente toutes les procédures à respecter, aussi bien au niveau de la sécurité que du savoir-vivre sur un chantier, puis à l’issue de cet entretien, il répond à un questionnaire. » Selon les réponses, le salarié intègre directement son agence de rattachement ou est aiguillé vers l’école de formation Gorez, où il passera un peu plus de temps et sera encadré pour assimiler toutes les pratiques.

Des évaluations et mises en situation régulières ont d’ailleurs lieu sur les chantiers. « Nous avons par exemple simulé un accident chimique avec fuite de gasoil, détaille la responsable QSE. Nos hommes sont formés sur les accidents environnementaux et sont tous équipés d’un kit d’absorption des hydrocarbures. » Ces pratiques, si elles sont aujourd’hui développées dans les grands groupes, le sont nettement moins dans les PME, car elles nécessitent une refonte totale de l’organisation. La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) n’est en effet pas un budget ou des comportements à part, mais bien une partie intégrante des pratiques de l’entreprise, tant au niveau de sa gouvernance que dans sa relation avec ses fournisseurs ou son application sur le terrain.

Instauration d’une ligne téléphonique d’urgence

L’implication des salariés dans les décisions de l’entreprise sont une des mesures de la RSE. « Nous avons par exemple associé les salariés au renouvellement des tenues de protection. Ce sont eux les plus à-même de savoir ce qui leur correspond le mieux », confie Charline Gorez. Depuis un an, l’entreprise a aussi mis en place une ligne téléphonique d’urgence, pout tout incident mais aussi pour tout problème de personnel. Au départ instaurée avec le Covid pour tenir au courant les équipes en temps réel d’un potentiel cluster, cette ligne a été maintenue et est devenue « un outil de communication entre direction et salariés ».

Une plateforme de concassage sur site

Poussant la démarche de circuit court jusqu’à recycler ses propres déchets de chantier, Gorez SA a installé sur son site de Bétheny une vraie zone de retour chantier pour optimiser les déplacements, une plateforme de concassage pour les gravats. « Aujourd’hui, il n’est plus admissible de retrouver des déchets de chantier, en nature ou laissés à l’abandon. Le traitement sur site a nécessité un investissement mais c’est un investissement vertueux », soutient la responsable QSE.

Huit bennes de tri ont aussi été installées pour trier tous les déchets (métaux, PVC, plastique, câbles, bois, produits chimiques, etc.) « Cependant, même si on s’astreint à faire nos propres gravats, pour les mettre en sous-couche de route par exemple à hauteur de 10 à 15%, une communication spécifique sur ce sujet est nécessaire avec le maître d’œuvre. » La partie enrobé, est quant à elle travaillée avec des huiles végétales et écologiques.

Le but est aujourd’hui pour l’entreprise de maîtriser la chaine métier de A à Z en maîtrisant ses coûts et son impact environnemental, tout en encrant ses pratiques dans une démarche vertueuse.

Nastasia Desanti