Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Garnica passe à la vitesse supérieure

Industrie. Les travaux lancés à Troyes pour une mise en service de l’usine de fabrication de contreplaqué de peuplier dès l’année prochaine.

Les travaux de terrassement viennent d’être lancés en vue d’une mise en service de la future usine de Garnica dès l’année prochaine. L.L

« Le peuplier prend son temps pour installer son système racinaire, et une fois que c’est fait, il va pousser très vite », fait remarquer Pierre Dhorne. Celui qui dirige depuis 2018 l’implantation de l’usine Garnica à Troyes fait volontiers l’analogie avec ce projet qui doit à terme entraîner la création de 300 emplois directs. La crise sanitaire n’a pas arrangé les choses, mais le cap fixé par Pedro Garnica, l’industriel espagnol à l’origine de cette implantation, n’a jamais dévié.

« Bien au contraire, la demande pour le contreplaqué de peuplier s’est encore accrue pendant la crise sanitaire et il nous faut absolument augmenter nos capacités de production pour y faire face », poursuit Pierre Dhorne. En Europe, les fabricants de camping-cars et de caravanes, grands utilisateurs de contreplaqué de peuplier, ont vu la demande exploser.

La crise sanitaire modifiant les comportements, les touristes européens privilégient désormais les modes individuels de déplacements et de séjour. Autre effet constaté, la très forte hausse de la construction bois aux États-Unis, où les américains quittent les mégalopoles pour la campagne. Garnica a senti le coup en quadruplant sa présence commerciale outre-Atlantique au cours de l’année dernière. Il est donc urgent de mettre en route ce qui sera la septième usine de production du groupe, qui en compte déjà cinq en Espagne et une en France, en Dordogne.

Depuis quelques jours, les engins de terrassement s’activent sur le vaste chantier situé entre le Parc du grand Troyes et la rocade. Tout va ensuite s’enchaîner avec une mise en production prévue pour la mi-2022 avec une première dérouleuse et deux séchoirs.

80 millions d’euros d’investissements

Les investissements – 80 millions d’euros au total – vont se poursuivre pour permettre la montée en puissance de la production. « Nous travaillons déjà sur la formation, avec le lycée forestier de Crogny et le CFAI de l’Aube », ajoute Audrey Baudry, directrice des ressources humaines France de Garnica. L’usine emploiera une centaine de personnes dès la première année pour atteindre un effectif de 300 salariés à l’horizon 2025.

Mais l’impact économique est bien plus important, et le nombre de 500 emplois indirects, notamment dans la filière sylviculture, bois et pépiniériste, est avancé. Garnica participe activement au plan régional peuplier de la Région Grand Est qui vise à relancer la production de peuplier à grande échelle. L’usine de Troyes à elle seule utilisera 300 000 m² de bois de peuplier par an. Une essence qu’on peut utiliser 15 ans seulement après sa plantation, qui s’accommode de terrains inondables impropres aux cultures agricoles et qui fait du bien à la planète par sa capacité à absorber le CO2 atmosphérique. Garnica est aussi le principal contributeur de la charte « merci le peuplier » qui a déjà permis la plantation de 400 000 peupliers.

Dans l’Aube, la Marne et la Haute-Marne notamment, agriculteurs, propriétaires forestiers et communes ont déjà commencé à planter du peuplier avec l’assurance de pouvoir le vendre à un bon prix le moment venu. Garnica a fait le choix de la qualité, depuis ses approvisionnements en bois de peuplier jusqu’à la fabrication de contreplaqué de peuplier. Et aussi de l’international puisque l’industriel espagnol, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 255 millions d’euros, exporte 93 % de sa production vers une cinquantaine de pays dans le monde.

Laurent Locurcio