Informations régionales économiques et juridiques
129e année

France Relance permet à Marne Métal Concept d’investir 700 000 €

Industrie. Parmi les premiers lauréats du plan France Relance dans le Grand Est, l’entreprise châlonnaise Marne Métal Concept bénéficie d’une subvention de plus de 350 000 € pour assurer son développement et sa compétitivité sur le marché de la tôlerie.

Marne Métal Concept est le fruit d’une expérience châlonnaise de près d’un demi-siècle. L’histoire de l’entreprise remonte à l’implantation du groupe suisse Zehnder à Châlons-sur- Marne en 1972. Le groupe est alors leader européen de la fabrication de radiateurs sur mesure et le concepteur du radiateur multicolonnes sèche-serviettes. L’unité de production châlonnaise va passer dans les mains d’un fonds d’investissement allemand pour devenir PCH Metals en 2015, puis subir une liquidation en 2018, date à laquelle 17 des salariés sur les 87 en poste reprennent l’usine en Scop, Société Coopérative et Participative pour donner naissance à Marne Métal Concept. Depuis trois ans, l’usine conçoit, fabrique et livre des pièces de tôlerie pour l’aéraulique, le froid, l’éclairage, l’automobile, l’agriculture, l’aménagement de magasin, le luminaire et le design. Elle a réalisé en 2019, près de 2 M€ de chiffre d’affaires et dispose dans sa fabrication d’une pièce maîtresse : un laser à découpe mis en œuvre toute l’année et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Un atout qui pourrait s’avérer une faiblesse en cas de panne et qui à saturation ne permet pas un élargissement du marché.
C’est dans ces conditions que Marne Métal Concept s’est intéressé à l’offre de France Relance pour l’acquisition d’une seconde unité laser. Ce nouvel outil va permettre à l’entreprise d’être plus compétitive en répondant au marché et en réalisant des gains de productivité de l’ordre de 40% comparativement à l’outil existant.
Piloté par la Préfecture de la Marne, dans la faisabilité et le suivi du dossier, l’investissement global de près de 705 000 euros se décompose en 280 000 euros émanant du Plan de Relance territoires d’industrie, 71 000 euros du CRSD, le Contrat de Redynamisation du Site de Défense de Châlons-en-Champagne et 353 000 euros en autofinancement et crédit. Autrement dit un investissement porté par 50% de subvention. « Nous sommes à la limite du rendement sur notre laser unique et subissons au niveau des commandes un véritable goulot d’étranglement, précise Sébastien Albaud, Gérant de la Scop. Il nous fallait répondre à la demande de toutes les commandes comportant des pièces métalliques, en grande ou en petite série. Dans notre cœur de métier qui est la tôlerie fine, le futur laser va nous permettre d’embaucher et de sécuriser l’outil de travail ».
Parcours pour accéder au Plan de Relance ? « Nous avions ce projet d’investissement, avec évidemment le problème du financement. Après un premier refus, l’enveloppe nationale épuisée, nous avons été choisis dans un second tour de table. Une étape qui nous conforte dans notre volonté de pérenniser l’entreprise ». Quatre à cinq mois de patience pour permettre désormais à Marne Métal Concept de passer à la vitesse supérieure.

11 des 29 premiers lauréats régionaux sont champardennais

Le Grand Est est la première Région de France à avoir contribué financièrement à ce dispositif Territoires d’industrie mis en place dans le cadre du Plan de Relance. Dans son engagement, le Président Rottner avait précisé : « L’industrie fait partie de l’ADN de notre région. Nous travaillons avec l’Etat dans une démarche de co-construction d’une stratégie de reconquête ambitieuse autour de la performance et de la transformation industrielle, de la transition écologique et énergétique et de la transformation numérique ».
Le territoire champardennais compte 11 des 29 lauréats du Grand Est : sept marnais (SCDC, à Orbais-L’Abbaye, Duguit à Epernay, Charbonneaux-Brabant à Reims, Le Bâtiment Menuisier à Bezannes, Machaon et Marne Métal Concept à Châlons-en-Champagne, AGROMI à Sept-Saulx), trois aubois (Petitjean, Petit Bateau et New Bath, à Troyes) et un Ardennais (ATM à Carignan). Les projets d’investissement des lauréats vont de 500 000 euros à 5 millions d’euros. L’Etat et la Région apportent une subvention de 12 millions d’euros pour l’ensemble du Grand Est et pour un prévisionnel global de 110 M€ à investir.

Gérard Delenclos