Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Été Indien : de start-up à scale-up

Start-up. Créée en 2017 à Charleville-Mézières, Été Indien qui apporte une réponse à un sujet de société majeur, la perte d’autonomie, prend soin de la santé des seniors grâce à l’activité physique.

Une partie de l’équipe Été Indien dans les locaux de l’incubateur Rimbaud Tech. Pascal Rémy

Après une incubation au sein de Rimbaud Tech en 2018, l’obtention de l’agrément d’Etat ESUS puis le soutien de la Région Grand Est en 2019, et grâce surtout, à la persévérance de ses deux fondateurs, Benjamin Braquet et Julien Odienne, cette jeune start-up a trouvé son marché en réalisant ses premiers euros de chiffre d’affaires. Malgré la violence de la crise sanitaire, 2020 a été une année charnière venue confirmer le potentiel entrevu précédemment. L’entreprise encadre alors des centaines de séances dans toute la France grâce à la visioconférence. Elle a collaboré avec des groupes de retraite comme AG2R La Mondiale et Malakoff Humanis. Elle a aussi accueilli son premier salarié.

Une nouvelle phase de développement

Et après trois premières années lui ayant permis de s’installer dans l’écosystème national de la silver économy, l’entreprise ardennaise est aujourd’hui en pleine phase d’accélération. En un an, l’équipe est en effet passée de 3 à 8 personnes avec l’arrivée notamment d’un responsable commercial et de deux chefs de projet opérationnel. Le chiffre d’affaires a été multiplié par quatre et le nombre d’enseignants partenaires est passé de 100 à 200 dans toute la France.

En 2021, Été Indien a, par ailleurs, organisé 1 200 séances et accompagné 1 600 personnes. Pour entrer dans une nouvelle phase de développement, les deux fondateurs se sont entourés de partenaires comme Champagne Ardenne Active et le Réseau Entreprendre Champagne Ardenne. Été Indien est ainsi devenu lauréate de ces deux associations spécialisées dans l’accompagnement des créateurs d’entreprise.

Un programme d’accélération renforcé

L’année 2021 s’est enfin clôturée en beauté pour les deux co-fondateurs. Ils ont été retenus, en décembre à Strasbourg, lors de l’évènement « 360 Grand Est », dans la quatrième promotion de Scal’E-nov, l’accélérateur de start-up de la Région Grand Est, pour leur fort potentiel de croissance. Au programme : trois ans d’accompagnement par des spécialistes du marketing, du développement commercial, de la levée de fonds et des ressources humaines.

Avec l’objectif de quitter le costume de start-up pour endosser celui de scale-up et atteindre ainsi le premier million d’euros de chiffre d’affaires. « On veut soutenir leur émergence, via un solide parcours post-incubation, haut de gamme et sur-mesure, pour booster leur croissance et leur business. Je félicite ces aventuriers d’aujourd’hui qui s’impliquent avec passion dans leur projet », déclare Boris Ravignon, vice-président de la région en charge de l’économie, satisfait de voir une entreprise carolo faire partie des dix-huit lauréats.

Quatre chantiers prioritaires

Les projets ne manquent pas pour Été Indien. À commencer par quatre chantiers prioritaires. D’abord, se renforcer par le recrutement d’un commercial et d’un développeur informatique. Ensuite, lancer sur le marché un nouveau programme “Seconde Jeunesse”. C’est le premier programme numérique d’accompagnement en activité physique et bien-être pour les seniors. Une personne peut adhérer pour 87€/an et participer à des visio-séances quotidiennes encadrées en live par des enseignants diplômés. Eté Indien veut aussi achever le développement d’une web-application intégrée au site ete-indien-editions.fr permettant à chaque senior de retrouver ses informations dans un espace personnel sécurisé. Enfin, la start-up entend trouver de nouveaux investisseurs pour soutenir sa croissance, forte d’une présence désormais à Lille, Marseille, Brest et Strasbourg.

Pascal Remy