Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Des start-up innovantes dans les services

Création. Le concours de start-up de la Technopole de l’Aube et placé sous le signe d’une grande diversité de projets.

Les porteurs de projets de cette édition de Plug and Start à Troyes. Laurent Locurcio

Une grande diversité, voilà ce qui caractérise les dix projets présentés dans le cadre de la dernière édition en date de Plug & Start, au centre de congrès de L’Aube. Le concours national de start-up de la Technopole de l’Aube continue d’attirer les porteurs de projets de toute la France qui viennent à Troyes confronter leurs idées aux avis du réseau d’experts bénévoles. L’objectif est de leur faire prendre conscience des points forts, mais aussi des faiblesses, de leur projet pour leur permettre d’avancer.

Autre objectif que Francis Bécard, le directeur général, n’oublie jamais de rappeler est également d’inciter une partie de ces start-up à se développer dans l’Aube. Et puisqu’il s’agit aussi d’un concours, Plug & Start décerne également trois prix aux meilleurs projets retenus par un jury. À ce jeu, c’est le dossier d’un jeune médecin, Paul Elhomsy, qui a été retenu à la première place. « Lorsque j’étais interne à Avallon, dans l’Yonne, j’ai découvert la réalité des déserts médicaux dans les territoires ruraux », souligne-t-il.

Avec son projet MeetADoc, il entend proposer des solutions pour y remédier. « Grâce au numérique, il est possible de créer des files actives de patients d’un côté et de faciliter les visites à domicile de médecins de l’autre », explique Paul Elhomsy. Les mairies seront sollicitées pour mettre à disposition, gratuitement, des locaux pour les visites des médecins. Un système dans lequel chacun trouverait son compte, et qu’il est possible de décliner ensuite pour d’autres professionnels comme les kinés, les ostéopathes ou encore les infirmières, toujours sur les mêmes territoires.

Nouveau président pour la technopole

Un deuxième prix a été remis à Wooky, projet de plateforme d’organisation d’offsides. Ces derniers sont des petits séminaires de 6 à 50 participants que les entreprises organisent de plus en plus. Le troisième prix a été décerné à Nowmade Wear, une marque de vêtements fabriqués en France, dont les aspects pratiques et d’usage sont mis en avant dans les produits. Parmi les autres projets présentés, les Relais du bien-être, porté par le troyen Fabrice Provin. Précurseur dans le domaine des services à la personne, il avait lancé l’Âge d’Or Services, qu’il a revendu, et dont le réseau compte 3 000 emplois en France. Il se lance dans une nouvelle aventure entrepreneuriale en organisant des séjours courts pour personnes fragilisées, dans des demeures historiques, avec le soutien financier de caisses de retraite et autres partenaires.

Autre projet, FindImmune est un « spin off » de l’Institut Gustave Roussy, spécialisé dans le développement de thérapies anticancéreuses et immunitaires. Les autres dossiers présentés étant ceux de Woofer (réseau social d’entreprise), Kulty (plateforme d’échange de livres d’occasion), Up to the League (plateforme de mise en relation pour le basket amateur), Build Workout (application de mise en relation avec des coachs sportifs). À noter aussi que la Technopole de l’Aube vient de changer de président, Philippe Pichery, succédant à Jacques Rigaud, au titre du Département de l’Aube qu’il préside.

Laurent Locurcio