Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Des femmes toujours plus présentes dans l’artisanat

Artisanat. La Chambre de métiers de l’Aube a remis les prix de son concours « Madame Artisanat ».

Les lauréates du concours aubois de « Madame Artisanat », édition 2022. Laurent Locurcio

Cela fait déjà douze ans que la Chambre de Métiers de l’Aube prend l’initiative de mettre en avant l’artisanat au féminin dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes. L’action initiée à Troyes est désormais reprise par bon nombre d’autres chambres consulaires artisanales à travers la France. « Au départ, il fallait argumenter pour avoir des candidates car les femmes n’avaient pas l’habitude d’être sous la lumière », se souvient Marie-Carmen Lebègue, vice-présidente de la CMA Grand Est Aube, à l’origine de ce concours.

Elle a désormais passé le relais et la présidence du jury à une nouvelle élue de la chambre, Charlotte Typhaigne, ancienne lauréate par ailleurs. Devenus les « trophées Madame Artisanat », ils sont décernés par un jury exclusivement féminin, selon divers critères. Remis dans le cadre prestigieux de la maison de champagne Drappier à Urville, ces trophées récompensent aussi bien des dirigeantes expérimentées d’entreprises artisanales que des apprenties, et dans tous les secteurs d’activité. « Elles sont présentes aujourd’hui dans tous les métiers, et c’est très bien ainsi », fait remarquer Georges Bell, président de la CMA 10, qui vient d’ailleurs de recruter une femme pour un poste de plombier dans sa propre entreprise. Elles sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses dans les métiers du bâtiment, autrefois uniquement réservés aux hommes. C’est le cas d’Annaëlle Legrain, distinguée par un « trophée révélation ».

Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, elle est passée du secteur social à la peinture, décoration et pose de sols en passant par la case formation, tant en école qu’en entreprise. Elle a désormais lancé sa propre entreprise, « Le Grain d’Intérieur ». La lauréate du « trophée jeunesse », Manon Bouvet, s’est également lancée dans la peinture, domaine dans lequel elle est en cours d’apprentissage. Deux diplômes « espoirs jeunesse » ont distingué deux autres apprenties du bâtiment, Emy Scwendimann (peinture) et Océane Duchange (électricité).

Une part croissante

Le « trophée réussite » met en avant un parcours de chef d’entreprise, celui de Laurine Mongin. Une opticienne qui a racheté le magasin de Brienne-le-Château où elle avait effectué son apprentissage avant d’ouvrir l’an dernier un second point de vente à Troyes. Dans ses deux boutiques « Les lunettes de Laurette », elle joue la carte de la fabrication française pour les verres et les montures. Le jury a également eu un « Trophée coup de cœur » pour Camille Jacquot qui a ouvert une boutique de fleuriste à Sainte-Savine, sous le nom de Dalia.

Enfin, Élisabeth Devos s’est vu décerner un diplôme d’honneur récompensant le savoir-faire artisanal qu’elle exerce depuis une soixantaine d’années. Une activité d’artisanat d’art plus précisément, à travers une activité de matelassage et de création de vêtements et accessoires pour enfants sous la marque « Trois petits points ». Aujourd’hui, un chef d’entreprise artisanale sur quatre est une femme, une part qui a doublé en trente ans.

Laurent Locurcio