Informations régionales économiques et juridiques
129e année

CMA 51 : Michel Boulant salue ses équipes

Artisanat. Michel Boulant tire sa révérence après 15 années passées à la présidence de la CMA 51.

Benjamin Busson

C’est une page qui se tourne à la Chambre de Métiers de la Marne. Après 15 ans passés à la présidence de la chambre marnaise, Michel Boulant a fait ses adieux (consulaires) aux collaborateurs et aux élus, juste avant la tenue des nouvelles élections. L’occasion pour celui qui cédera son siège le 14 octobre, de remercier l’assistance du travail accompli au cours de ses mandats, et de féliciter les services pour leur bilan, notamment en matière budgétaire.

« Aujourd’hui nous faisons partie des départements qui sont largement bénéficiaires »

« Les finances de la CMA 51 sont saines et les bilans sont positifs. Le premier critère de réussite d’un mandat c’est la gestion. Nous sommes passés d’une situation où l’on devait gérer avec les taxes pour générer du chiffre d’affaires à une situation où nous avons réalisé de la prestation de services pour créer de la valeur ajoutée. Aujourd’hui nous faisons partie des départements qui sont largement bénéficiaires », souligne le président.

Créer une culture d’entreprise

S’il voit avec regret l’échelle régionale prendre le dessus sur l’échelon départemental et local, Michel Boulant exhorte ses successeurs à rester vigilants. « Il est important de garder la main sur nos chambres au niveau local. Si tout est décidé au niveau régional, cela risque d’entacher la motivation des services. Ça ne pourra pas fonctionner. C’est une question de continuité de service et de survie des chambres consulaires », insiste-t-il.

« Les enjeux sont importants. Si demain nous voulons encore exister, c’est aussi à nous de faire notre autocritique et de créer une culture d’entreprise, pour que les agents restent motivés. C’est ce que nous avons fait dans la Marne, nous aimerions que le Grand Est s’inspire de notre exemple », glisse Michel Boulant qui s’adresse aux artisans marnais : « un faible taux de participation aux élections remettrait en cause notre existence. C’est pour cela qu’il faut aller voter ! »

Benjamin Busson