Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Cathédrale de Troyes : chantier ouvert au public !

Patrimoine. Des aménagements sur l’échafaudage de la cathédrale de Troyes ont été effectués pour permettre de voir les entreprises de restauration à l’oeuvre.

L’imposant échafaudage permet de découvrir les détails de la façade de la cathédrale de Troyes sur quinze niveaux. Laurent Locurcio

Le chantier de la restauration de la tour sud de la cathédrale de Troyes sort du commun. Les travaux en cours entrent dans le « plan cathédrale » du Plan de relance de l’économie et sont financés par l’État à hauteur d’environ 950 000 euros, sur un budget global de 1,38 million d’euros. Il s’agit d’ailleurs du premier chantier dans ce cadre à démarrer au niveau du Grand Est, les suivants étant programmés à Reims, Saint-Dié-des-Vosges et Nancy pour un montant global de 4,3 millions d’euros. Ce qui est assez inhabituel, c’est que le chantier soit ouvert au public en ce qui concerne la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Troyes.

« Pour les ouvriers c’est assez inhabituel, mais c’est aussi pour eux l’occasion d’échanger avec les visiteurs et de faire découvrir leur métier »

« Un budget de 25 000 euros a été consacré à sécuriser et aménager le chantier pour les besoins du public », rappelle Juliette Mosdier-Pierre, ingénieure à la DRAC Grand Est qui a par ailleurs la maîtrise d’ouvrage du chantier. Ces aménagements réalisés sur l’imposant échafaudage s’élevant jusqu’à 34 mètres de hauteur permettent d’accueillir en toute sécurité aussi bien les enfants des écoles que le grand public ou encore des étudiants. D’un point de vue pratique, c’est l’Office de tourisme de Troyes qui se charge de l’organisation des visites grand public avec des guides-conférenciers spécifiquement formés.

Contact direct avec les entreprises

Autre particularité, les visites s’effectuent alors même que les entreprises s’activent sur le chantier. L’un des objectifs est même de favoriser les échanges avec les tailleurs de pierre et autres compagnons présents sur le chantier troyen. « Pour les ouvriers c’est assez inhabituel, mais c’est aussi pour eux l’occasion d’échanger avec les visiteurs et de faire découvrir leur métier », ajoute Isabelle Wintrebert, chargée de communication à la direction des affaires culturelles Grand Est. Un contact direct qui peut également susciter des vocations de futurs compagnons, d’autant que les ouvriers du chantier auront l’occasion de se rendre dans des écoles troyennes pendant la durée du chantier prévue pour 18 mois.

Parmi les entreprises présentes sur le chantiers, deux sont auboises et spécialistes de la restauration de patrimoine, Chatignoux pour la partie maçonnerie et pierre et Didier Glais pour la couverture- étanchéité. Enfin, pour les visiteurs c’est aussi l’occasion d’avoir une vue imprenable sur le vieux Troyes en arrivant au sommet. Beaucoup de découvertes sont aussi possibles, l’échafaudage permettant de découvrir beaucoup de détails, parfois surprenants, mais invisibles du sol. Comme par exemple des chimères à double visage, oeuvres d’un tailleur de pierre facétieux.

Laurent Locurcio