Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Bon bilan de campagne pour les sucreries de Tereos

Agriculture. La campagne betteravière 2021-22 se termine pour les neuf sucreries françaises. Le résultat agricole est satisfaisant et bien meilleur que la précédente campagne gravement impactée par la jaunisse. Le bilan industriel présente de bonnes performances et des coûts maitrisés.

DR

Avec une durée moyenne de campagne de 121 jours, la récolte a atteint les 16,5 Mt de betteraves transformées avec un rendement de 84 T à 16/Ha, légèrement en dessous de la moyenne 5 ans. Le niveau de richesse est quant à lui de 17,3%, en baisse significative par rapport à la moyenne 5 ans. Juste après les semis, la période de gel, en avril 2021, a entraîné le re-semis de 17 500 ha avec des semences non traitées NNI, soit 8% des surfaces. Ces parcelles ont été impactées à hauteur de 10 % par la jaunisse. Parallèlement aux conditions climatiques, des produits de désherbage non-conformes Adama ont touché plus de 6 000 ha (dont 1 500 ha ont été totalement détruits par l’utilisation du produit Marquis).

Tereos a organisé son outil industriel à Bucy-le-Long et Artenay pour que toutes les betteraves traitées avec les lots défectueux du Goltix Duo soient transformées exclusivement en éthanol carburant et en pulpes pour la méthanisation, dans le respect des règles sanitaires les plus strictes. Pour sa 4ème année consécutive, Tereos a récolté 38 000 tonnes de betteraves bio en vue d’une transformation en sucre bio et en alcool bio. Seul producteur de sucre basé sur des productions issues d’exploitations certifiées HVE, Tereos a produit au cours de cette campagne 1 200 tonnes de sucre HVE pour répondre à une consommation émergente.

Un bilan industriel positif

Les 9 usines ont transformé, de manière constante, 136 000 tonnes de cossettes en moyenne par jour pendant toute la campagne malgré le contexte de pandémie effrénée. Le calendrier de démarrage de campagne a été ajusté pour chaque usine pour tenir compte des conditions de croissance de la betterave et des besoins de production de sucre de Tereos. Le planning a notamment été revu à Connantre et Artenay afin de prendre en compte les délais de croissance retardés par les betteraves resemées. A l’inverse, les sucreries de Boiry et Lillers ont démarré leur campagne mi-septembre pour permettre à Tereos de satisfaire la demande de ses clients en sucre. Le prix de l’énergie, premier poste de coût, hors matières premières, reste un point dur pour la maîtrise des coûts.

L’organisation et l’adaptabilité du schéma industriel ont fait leurs preuves pour baisser la consommation globale d’énergie. C’est l’une des premières étapes du plan industriel de la nouvelle stratégie déployée pour améliorer les performances de la coopérative. De la même manière, le cap a été tenu par la coopérative qui continue d’optimiser son plan d’actions au niveau des transports notamment en faveur de la sécurité et de la réduction de leur impact pour les riverains. Ce travail de terrain est mené en étroite collaboration avec l’ensemble des parties prenantes : coopérateurs, collaborateurs, transporteurs, collectivités et autorités. Comme à chaque campagne, l’engagement des équipes reste toujours aussi élevé pour assurer la sécurité des opérations, leur performance et la proximité avec les coopérateurs.

Rédaction PAMB