Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Avec Haffner Energy, l’hydrogène vert viendra de Vitry-le-François

Énergie. Dans sa tournée du Plan de relance, le Préfet Pierre N’Gahane a rendu visite à l’entreprise Haffner Energy, un futur leader mondial dans la chaîne de production d’hydrogène issue de la biomasse.

Philippe Haffner, Président d’Haffner Energy : "Le monde entier va profiter de notre innovation".

« Nous sommes venus rendre visite à une entreprise à très fort potentiel, dans le cadre du Plan de relance. Nous pouvons être fier d’avoir dans la Marne un établissement de cette qualité. Pas d’usine pour l’instant, mais cela est pour bientôt. Aujourd’hui, le process de production d’hydrogène à partir de la biomasse est en bonne voie et c’est cet avenir que l’Etat encourage ». En rendant visite à Haffner Energy, le Préfet de la Marne vient saluer une entreprise vitryate, lauréate du Plan de relance et promise à une renommée internationale en matière d’hydrogène vert.

Haffner Energy, à Vitry-le-François, (22 collaborateurs et 4 millions d’euros de chiffre d’affaires), est une entreprise qui dispose de trente ans d’histoire avant de se lancer, depuis 1993, dans la valorisation énergétique de la biomasse (déchets verts, substrats agricoles, déchets ménagers). En 2019, la mise en route du procédé de fabrication industrielle d’hydrogène à partir de la biomasse, protégé par quatorze familles de brevets, dans l’usine pilote de Marolles, ouvre la voie d’une véritable révolution industrielle, imaginée par l’entreprise dès 2015.

La biomasse nouvelle source de l’hydrogène

« Il s’agit d’un procédé disruptif qui change la donne par rapport à ce que tout le monde connaît aujourd’hui avec la production d’hydrogène par électrolyse ». Philippe Haffner, Président du groupe, précise les avantages de la source biomasse : « Par méconnaissance, tout le monde ne parle que d’hydrolyse. Nous fabriquons un hydrogène vert bien moins cher, plus efficace énergétiquement, qui peut créer beaucoup d’emplois en économie circulaire et dont le bilan CO2 est bien meilleur qu’avec l’électrolyse de l’eau ».

« D’amont en aval, des milliers, voire des dizaines de milliers d’emplois de la production à l’exploitation de cet hydrogène issu de la biomasse. Voilà notre ambition. »

Autres précisions apportées par Philippe Haffner : l’hydrogène fabriqué à partir de cette biomasse est trente à quarante pour cent moins cher que par l’électrolyse.

C’est tout ce potentiel riche en innovations que le Plan de relance est venu encourager par une subvention de 700 000 euros. Après le pilote de Marolles, l’entreprise est passée à une première réalisation industrielle livrée en début d’année à Strasbourg : une unité de production d’hydrogène vert, première mondiale qui fournit pour l’instant du gaz dans l’attente de l’autorisation nécessaire pour produire très bientôt de l’hydrogène. Le premier client d’Haffner Energy est ainsi RGDS, la Société d’Économie Mixte Réseaux Gaz de Strasbourg.

Une renommée mondiale naissante

« Nous avons des échos extrêmement favorables à l’international et notamment en Amérique du Nord, une terre très favorable aux innovations, poursuit Philippe Haffner. Ce procédé va faire l’objet d’une production et d’une commercialisation massive. C’est dans ce cadre que nous allons mettre en place un atelier d’assemblage de composants dans la Marne et si possible dans le Vitryat, au voisinage de notre siège social. Un atelier conséquent puisque notre ambition est commercialement internationale à partir d’une fabrication essentiellement française. Assemblage en France, sous-traitants français et des emplois à la clé. D’amont en aval, des milliers, voire des dizaines de milliers d’emplois de la production à l’exploitation de cet hydrogène issu de la biomasse. Voilà notre ambition ».

Dans ce projet à court terme, l’usine pourrait être opérationnelle avant fin 2022, Haffner Energy va investir entre 8 et 10 millions d’euros. C’est cette réalisation, capable de produire entre 150 et 200 machines par an qui est soutenue par le Plan de relance et qui va permettre la création instantanée d’une trentaine d’emplois.

La gamme des futurs clients est large : les grandes sociétés distributrices d’énergies, comme les pétroliers, des sociétés de distribution comme Engie, des collectivités qui décident d’exploiter leur propre station d’hydrogène à partir de leur biomasse locale, les industriels et d’autres catégories encore. Dès le début 2023, les unités de production d’hydrogène issu de la biomasse envahiront le monde entier à partir de Vitry-le-François. Le pari est lancé.

Gérard Delenclos