Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Ardwen se projette dans le futur

Brasserie. Avec une nouvelle ligne de conditionnement automatisée, la brasserie de Launois-sur-Vence change de dimension.

L’ensemble de la gamme de bière Ardwen

Entreprise réputée dans la fabrication de bières artisanales de terroir, Ardwen créée en 2005 par un conglomérat d’actionnaires autour de Daniel Guérin, a été reprise en juin 2017 par José Clabaux et son fils Charles-Antoine, devenu alors le directeur général de cette brasserie qui a connu depuis ce rachat quelques transformations. Ce renouveau accompagné d’une croissance extérieure, suite à une mutualisation des moyens des forces commerciales et de production avec la Petite Brasserie Ardennaise de Charleville-Mézières (dont l’Oubliette est aujourd’hui brassée dans le petit village de Launois-sur-Vence), va connaître un prolongement spectaculaire.

Dans les prochains mois, la brasserie des Crêtes Préardennaises située entre Rethel et Charleville-Mézières va en effet se lancer dans un projet de digitalisation et de robotique, inscrit au guichet « industrie du futur ».

Sur le terrain, ce programme se concrétisera par l’installation d’une nouvelle ligne de conditionnement automatisée et la mise en place d’un logiciel de gestion de production assisté par ordinateur. Cet investissement productif auquel s’ajouteront des modifications sur l’immobilier s’élèvera à 900 000 euros et sera soutenu par l’État via une aide de 90 661 euros. Ce qui selon le dirigeant d’Ardwen « améliorera notamment plusieurs étapes du cycle de travail. À savoir la dépalettisation des bouteilles vides jusqu’au capsulage, l’encaissement, l’accélération des cadences et la réduction de la partie manuelle de mise en bouteilles ».

La brasserie va lancer de nouveaux produits

La brasserie launoisienne va aussi pouvoir se lancer dans d’autres produits que la bière avec ou sans alcool. Étant une des rares brasseries artisanales locales encore en vie « alors que les Ardennes comptaient encore 300 brasseries avant la première guerre mondiale », rappelle Charles-Antoine Clabaux. Ardwen envisage par ailleurs d’agrandir ses bâtiments de manière à étendre ses bureaux, disposer d’un peu plus d’espace pour la fermentation et augmenter son potentiel de stockage.

Un programme qui sera réalisé une fois le plan local d’urbanisme (PLU) adapté à cette évolution. La SAS qui, en dehors de la fabrication et la distribution de bières et de boissons aux cafés, hôtels, restaurateurs et à la grande distribution, fait aussi office de lieu de restauration et de visites de la brasserie.

Charles-Antoine Clabaux.

Réputée depuis 2007 pour être une « bête à concours » avec de multiples prix obtenus au salon de l’Agriculture et au World Beer awards de Londres qui ont rempli l’armoire à trophées de cette TPE, la brasserie Ardwen aura donc de nouveaux atouts en mains.

Devenue une institution, elle propose aujourd’hui à la vente, huit bières différentes : blonde, ambrée, cerise, blanche et les originales Hops’Cure, Woinic, IPA et la Triple trappiste.

Pascal Remy