Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Un programme d’actions de plus de 10 M€ pour relever le défi de l’eau

Environnement. Les deux axes d’actions d’interventions prioritaires sont la gestion à la source des eaux de pluie et la performance de la gestion des eaux usées.

Jacques Jesson et Sandrine Rocard
Jacques Jesson, président de la Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne et Sandrine Rocard, directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie.

Sandrine Rocard, directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie et Jacques Jesson, président de la Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne, ont signé un contrat de territoire « Eau et climat » 2022-2024 à l’hôtel de ville de Châlons, siège administratif de la Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne. La structure porteuse s’engage à mener un programme d’actions ciblées prioritaires en faveur de la reconquête du « bon état » des rivières et des nappes souterraines, de la biodiversité, et bénéfiques pour l’adaptation au changement climatique du territoire des 46 communes dont la Communauté d’agglomération assure les compétences assainissement des eaux usées et gestion des eaux pluviales.

Deux axes d’interventions prioritaires

« Plus de 10 M€ : c’est le montant prévisionnel correspondant aux travaux prioritaires à engager pour relever ce défi », explique Sandrine Rocard. « L’agence de l’eau Seine-Normandie s’engage, d’un point de vue technique comme financier, aux côtés de la Communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne pour l’accompagner dans cette perspective », confirme-t-elle.

Pour Jacques Jesson : « La contractualisation avec l’agence de l’eau Seine-Normandie permet d’assurer un traitement prioritaire des demandes de financements et pour notre territoire, elle consolide et conforte notre stratégie de gestion et de développement durable du territoire, dans laquelle l’eau est un enjeu primordial ». Les deux axes d’actions d’interventions prioritaires sont la gestion à la source des eaux de pluie et la performance de la gestion des eaux usées. En effet, 8 tronçons de cours d’eau risquent de ne pas atteindre les objectifs environnementaux de « bon état » du fait de leur altération par des polluants issus des activités humaines (rejets d’assainissement partiellement traités, modification des conditions morphologiques des cours d’eau, phytosanitaires et fertilisants…). Dans le but d’affiner les connaissances et actions à mener en termes de gestion des eaux de pluie et de désimperméabilisation des sols, un schéma directeur et un zonage sont en cours et leur finalisation est prévue d’ici fin 2023.

Rédaction PAMB