Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Un pacte pour le développement territorial et la transition écologique

Environnement. Signé fin janvier à Reims, le Pacte Territorial de Relance et de Transition Ecologique (PTRTE) rassemble l’Etat, la Région Grand Est, le Département de la Marne, la Communauté Urbaine du Grand Reims et la Ville de Reims pour agir en commun et de façon transversale au service du territoire et de ses habitants.

Signature du PTRTE par (de gauche à droite) Catherine Vautrin (présidente du Grand Reims), Arnaud Robinet (maire de Reims), Laure Miller (vice-présidente du conseil départemental de la Marne), Franck Leroy (premier vice-président de la Région Grand Est) et Pierre N’Gahane (préfet de la Marne). Jacques Rivière

Outil transversal au service de la relance et de la reconquête des territoires, un Pacte Territorial de Relance et de Transition Ecologique (PTRTE) a vocation à s’inscrire dans le long terme, sur la durée des mandats locaux, et à décliner des orientations stratégiques partagées et ‘sur-mesure’ en termes de transition énergétique et écologique, cohésion territoriale, économie plurielle ancrée dans le territoire concerné.

Celui qui vient d’être signé à Reims constitue en outre une démarche spécifique à la Région Grand Est qui est, à ce jour, « la seule Région ayant fait le choix de contractualiser avec l’Etat », afin de mutualiser des financements (crédits « France Relance », crédits de droits communs, fonds européens…) ainsi que le soulignait Franck Leroy, en sa qualité de premier vice-président de la Région. L’accompagnement défini dans le cadre du PTRTE est prévu pour une durée de 6 ans.

Le plaisir de travailler ensemble

Ce PTRTE formalise ainsi clairement la volonté du Grand Reims et de la Ville de Reims d’être des interlocuteurs privilégiés de l’Etat, de la Région et du Département pour développer les synergies entre leurs politiques. Présidente du Grand Reims, deuxième intercommunalité régionale forte de 300 000 habitants, Catherine Vautrin indiquait que « ce contrat est surtout un contrat métropolitain, et que la métropole a elle-même vocation à “porter” le territoire ». Le contexte est d’ailleurs en phase avec la feuille de route de la Communauté urbaine, telle qu’elle résulte du projet de territoire du Grand Reims, adopté en juin dernier, notamment en termes de neutralité carbone et de transition écologique, mais également de développement économique.

Pour Catherine Vautrin, « un tel document montre aux citoyens que leurs élus prennent en compte l’avenir du territoire. Il s’agit bien d’une volonté partagée de tous les acteurs publics de travailler ensemble… et avec plaisir ! » Pour sa part, la Ville de Reims, qui représente 60 % de la population de la Communauté urbaine et 84 % des emplois, est à la fois le principal moteur de développement de son agglomération et un relais majeur de développement régional.

Les projets qu’elle porte actuellement marquent le renouvellement du territoire, qu’il s’agisse de « l’aménagement de Reims Grand Centre, la reconversion du Port Colbert, l’aménagement des Berges du canal en partenariat avec le Grand Reims, ou encore une politique ambitieuse de rayonnement culturel qui passe par exemple par la candidature rémoise au titre de Capitale européenne de la culture en 2028 », comme le précisait Arnaud Robinet.

Bon sens et diligence

En sa qualité de vice-présidente du Département, Laure Miller soulignait que « derrière un sigle barbare se trouve un pacte de bon sens destiné à faire avancer le territoire ». Le préfet N’Gahane, pour sa part, se félicitait de la rapidité avec laquelle les signataires « avaient relevé le défi du PTRTE », dont le coup d’envoi date d’une circulaire ministérielle du 20 novembre 2020.

Jacques Rivière