Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Un bel écrin rénové pour la Cité du Vitrail

Patrimoine. Fin de la restauration de l’aile ouest de l’Hôtel-dieu-le-Comte, dédiée à la Cité du Vitrail, après 16 millions d’euros de travaux.

Le jardin hospitalier a également été revitalisé à l’occasion de l’aménagement de la Cité du Vitrail. Nadine Champenois

Après trente-trois mois de travaux, l’aile ouest de l’Hôtel-dieu-le-Comte s’apprête à accueillir la Cité du Vitrail, dont l’ouverture est prévue en 2022. La visite de fin de restauration du bâtiment programmée le 14 septembre dernier a été l’occasion de mettre en lumière le travail de près d’une vingtaine d’entreprises, dont plus d’une dizaine d’auboises. Et la mobilisation de compagnons de différents corps de métiers, maçons, tailleurs de pierre, menuisiers, maîtres verriers, restaurateurs en peinture et décors. Un chantier conséquent de près de 16 millions d’euros, dont 15 millions financés par le Département de l’Aube et 1 million par la Ville de Troyes.

« Ce coût est à mettre en regard des bénéfices attendus en termes d’image et de notoriété. Sans compter que la réalisation de ce chantier a fortement contribué à l’économie locale. Il s’est développé ici un tissu d’entreprises spécialisées dans la restauration patrimoniale et l’entretien des bâtiments. L’Aube accueille également la Maison des Compagnons du Devoir, en pleine expansion », rappelle Philippe Pichery, le président du Conseil départemental de l’Aube. L’aménagement de cet écrin d’exception qu’est l’hôtel-dieu le-Comte représente une surface de 3 000 m2 dédiée au vitrail, dont 700 m2 d’exposition permanente et 340 m2 d’expositions temporaires. Plus de 60 vitraux originaux seront exposés avec des dizaines d’objets (outils, tableaux, sculptures, cartons, maquettes, dessins préparatoires) issus de prestigieux fonds d’ateliers.

La restauration de ce Monument historique a été traitée de manière sobre, avec des murs clairs. Une des façons de souligner l’importance de rappeler que l’édifice fut un hôpital. Autre défi de restauration, celui de l’escalier monumental en bois de chêne, datant de 1760, où viennent se greffer tous les niveaux et demi-niveaux. Parmi les autres temps forts de la restauration figure notamment celle de la chapelle de l’hôtel-Dieu qui sera le point d’orgue du parcours de visite de la Cité du Vitrail.

Deux espaces privatisables

Pas moins de huit mois de travaux ont été nécessaires pour restituer l’éclat des peintures du plafond, notamment les angelots, et celles des saints en trompe-l’oeil représentés sur les murs. Mise au jour en cours de chantier, côté rue de la Cité, la niche des enfants abandonnés a également été restituée. Il s’agit d’un emplacement creusé dans l’épaisseur des murs, autrefois équipé d’un tour en bois, disparu, où les enfants étaient déposés anonymement, afin d’être recueillis par les religieuses de l’hôtel-dieu.

Le jardin hospitalier a également été revitalisé à l’occasion de l’aménagement de la Cité du Vitrail, afin de l’ouvrir au public visiteur. C’est un espace de respiration planté d’arbres et traversé d’une allée taillée en marquise. La proximité de la Cité du Vitrail avec le Centre de congrès de l’Aube est aussi propice au tourisme d’affaires. Deux espaces pourront être privatisés pour des événements professionnels, dont le jardin de 2 800 m2.

Avec sa cheminée en marbre et ses boiseries, la salle de réception, avec vue sur le canal de la Haute-Seine et le centre historique de Troyes, sera un lieu privilégié pour des conférences ou autres réceptions de prestige. D’autant que la visite de la Cité du vitrail fera partie du programme

Nadine Champenois