Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Plus de 200 produits labellisés Made in Marne en une année

Territoire. De la tribune, avec un Président du Conseil départemental de la Marne enthousiaste, à l’assistance, avec la joie tonitruante des afficionados du Made in Marne, un moment de la Foire de Châlons-en-Champagne haut en consensus. Les Dutronc, père et fils, voisins de soirée, ont dû attendre la fin des discours, avant d’entonner : « 500 000 Marnais et moi et moi, c’est la vie, c’est la vie ».

Plus de 200 produits labellisés Made in Marne en une année
Une partie des 54 ambassadeurs de Made in Marne (Crédit : G. Delenclos)

Initiée par le Département, aux côtés de nombreux partenaires comme la Chambre d’Agriculture, la CCI, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, l’Agence de Développement Touristique, le Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims et Marne Développement, la marque Made in Marne a pour objectif de mettre en valeur les produits, les savoir-faire et les filières emblématiques de la Marne.


>LIRE AUSSI : Encore plus de produits « Made in Marne »


La marque est destinée aux entreprises locales qui s’engagent, au travers d’une charte. Elle répond à un double objectif : permettre aux consommateurs d’identifier les produits fabriqués dans le département et soutenir l’emploi et le développement du territoire. Elle est aussi un gage de reconnaissance de la qualité des productions locales et s’installe comme une image valorisante de la Marne. Côté marketing, elle est comme une vraie marque déposée, capable de délivrer des licences d’utilisation, mais aussi d’éclairer le consommateur.

À partir d’un engagement de respect de la charte, la marque est accordée pour une durée de trois ans. Elle s’adresse aux produits de l’alimentaire et de l’agroalimentaire ainsi qu’à l’artisanat. Le label concerne essentiellement les produits. Made in Marne poursuit plusieurs objectifs : garantir des produits locaux de qualité, offrir aux consommateurs une information claire sur l’origine du produit, soutenir l’emploi local et respecter l’environnement. En une année, le label compte plus de 200 produits ou gammes de produits portés par 54 producteurs véritables ambassadeurs de la marque. De la pomme de terre aux bouchons de chocolat à la liqueur de Champagne, de la création de bijoux à la verrerie, des bières à la maroquinerie, des meubles aux légumes bio… Made in Marne résume ainsi toute la qualité de la production marnaise en attendant les créations que les labellisés échafaudent entre eux.

L’enthousiasme du Président Bruyen

La Marne regorge de talents. Christian Bruyen tient à le proclamer haut et fort en s’engageant dans la mise en valeur de l’ADN d’un département durable et attractif, avec les atouts de la proximité, de la confiance et de l’enracinement. Il faut être fier de son territoire et le dire. Le Président du Conseil départemental de la Marne se veut visionnaire : « Je suis convaincu que l’attente de produits locaux va s’exprimer de plus en plus… Il y aura, et on le constate déjà, un retour à des valeurs de proximité, à des valeurs d’authenticité qui s’imposent, de toutes les manières, de plus en plus sur cette planète dont le devenir nous inquiète ». Et dans une envolée quasi lyrique, suivie par des applaudissements à chauffer une soirée sous un chapiteau, Christian Bruyen l’assure : « Le Made in Marne sera reconnu partout dans l’univers ».

Suivent les interventions de Laure Miller, Vice-présidente et cheville ouvrière du lancement du label, qui remarque que consommer local a du sens et que « Le Made in Marne devient un vrai repère de l’identité marnaise, il est en train de créer une véritable communauté de producteurs qui partagent les mêmes valeurs, échangent leurs expériences ou créent des partenariats, voire des nouveaux produits » et du Préfet de la Marne, Henri Prévost : « Plus de 200 produits. La vitrine se remplit et c’est déjà un signe de maturité en une seule année. C’est la diversité des produits qui est frappante. L’Etat ne peut que soutenir une telle initiative parce qu’elle répond à deux préoccupations fondamentales : la souveraineté économique et alimentaire et la nécessité vertueuse de produire localement ».

Gérard Delenclos