Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les élus ardennais demandent l’extension du site nucléaire de Chooz

Énergie. Le 10 février 2022, en déplacement à Belfort, le président de la République Emmanuel Macron annonçait un vaste plan de relance de la filière nucléaire civil en passant commande de six réacteurs nucléaires nouvelle génération EPR2 d’ici à 2050.

Ouverte en 2016, l’actuelle centrale nucléaire de Chooz a produit en 2021 13,67 TWh d’électricité, soit 3,8 % de la production nucléaire française. DR

EDF qui a déjà commandé plusieurs composants-clés à Framatome, entreprise française du secteur nucléaire, a remis au printemps dernier sa proposition de réaliser six réacteurs pressurisés européen, les premiers à être totalement conçus de façon numérisée, sur les sites existants de Penly (Seine-Maritime), Gravelines (Nord), Bugey (Ain) ou Tricastin (Drôme). Chooz ne fait alors pas partie de cette « short list ».

Or, le plan énergétique d’Emmanuel Macron évoque jusqu’à huit EPR 2 supplémentaires en option, dont la construction devrait être décidée dans les années qui viennent. C’est pourquoi, dans un courrier daté du 24 mars, l’ensemble des plus importants élus ardennais – les cinq parlementaires (trois députés et deux sénateurs), le président du conseil départemental et ceux de toutes les intercommunalités, ont fait savoir au président de la République que le département des Ardennes était candidat à l’accueil d’un ou de plusieurs nouveaux réacteurs nucléaires.

Multiplier les retombées économiques

« À l’instar de la candidature unanime déjà formulée en 2010 en vue de l’implantation d’un EPR sur le site de Chooz, nous nous portons volontaires pour que le territoire ardennais accueille un ou plusieurs réacteurs de nouvelle génération », est-il écrit sans ambiguïté dans cette lettre adressée aussi au PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, ainsi qu’à Jean Rottner, président de la région Grand Est.

« Aux côtés de la Région Grand Est, nous nous tenons à disposition des services de l’État et d’EDF pour examiner les conditions du développement d’un ou plusieurs nouveaux réacteurs dans les Ardennes sur le site de Chooz », précisent même les co-signataires. Objectif clairement envisagé : étendre l’actuel parc nucléaire de Chooz pour y créer des centaines d’emplois et bénéficier des retombées économiques et fiscales engendrées par un tel équipement. « Sur le site calcéen, il y a le foncier suffisant pour accueillir un EPR ou deux unités supplémentaires similaires à celles déjà existantes », martèle Bernard Dekens, président de la communauté de communes « Ardennes, Rives de Meuse » pour étayer cette demande collective et unanime.

Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières et président d’Ardenne Métropole, insiste pour sa part sur la nécessité de tendre la main à une région industrielle sinistrée, avec un taux de chômage entre 20 et 25 %. « Ce ne serait que justice quand on voit la manière dont l’État a traité la vallée de la Meuse depuis cinq ans. Je ne reviendrai pas sur les affaires Cevital et Mercier où l’État avait pris des engagements qui n’ont pas été tenus. Je crois que ce serait la moindre des choses qu’il puisse accepter un EPR ici à Chooz », ajoute enfin Pierre Cordier, le député de la circonscription.

Pascal Remy