Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le Marcel débarque à Troyes

Transports. Le premier réseau de vélos électriques libre-service mis en service dans l’agglomération troyenne avec déjà douze stations.

Spécialement conçu pour la location courte durée, le « Marcel » est également très robuste.

L’agglomération troyenne vient de se doter d’un réseau de vélos en libre-service. Le vélo bleu à assistance électrique s’appelle Le Marcel, en l’honneur de Marcel Bidot, grande figure auboise du cyclisme français en tant que coureur mais aussi comme directeur technique de Bobet et Anquetil notamment.

Les usagers des vélos en libre-service feront moins d’effort pour pédaler puisque ces vélos possèdent une autonomie de 25 km. Sous l’égide de Troyes Champagne Métropole, le service vient d’être lancé avec une cinquantaine de « Marcel » disponibles sur les 12 stations, dont deux éphémères, réparties sur l’agglomération troyenne.

« Nous allons suivre de près l’évolution des pratiques de circulation avec la mise en place de vélos libre-service sur une ville moyenne comme Troyes »

Tout le monde peut les utiliser, à partir de 14 ans, après s’être inscrit. Pour en louer un, il suffit d’une carte bancaire, d’un smartphone et de passer par l’application Le Marcel. TCM s’est appuyé sur un partenaire, Ecovélo, qui a développé son propre vélo électrique sécurisé grâce au GPS intégré qui permet de le retrouver à tout moment.

C’est d’ailleurs Ecovélo qui a été choisi pour relancer les vélos libre-service à Reims avec le Zébullo, après l’échec marquant de Gobbe Bike en 2018, victime d’incivilités et de dégradations de sa flotte. « Nos vélos sont très solides et équipés pour dissuader les incivilités », prévient Olivier Girardin, vice-Président de TCM en charge des mobilités et des déplacements. « Nous avons aussi volontairement choisi de déployer très progressivement ce service qui sera apprécié des usagers », ajoute-t-il.

À la douzaine de stations ouvertes dès maintenant, cinq supplémentaires viendront s’ajouter en 2022. Densifier le réseau est important car l’utilisateur doit ramener son vélo à une station après utilisation. L’emplacement de chaque station a été choisi en fonction de centres d’intérêts forts tels que les campus universitaires, les équipements de loisirs et les espaces commerciaux.

Actuellement, l’agglomération troyenne dispose déjà de 152 km de voies cyclables, l’objectif étant de favoriser l’usager régulier du vélo en général et de réduire la circulation automobile au profit de modes de transport non polluants.

Le lancement officiel du premier réseau de vélos électriques à Troyes vient d’avoir lieu.

Développer le vélo en ville

Pour lancer le mouvement, TCM a investi plus de 300 000 euros, avec le soutien de la Banque des Territoires, qui a apporté 120 800 euros. « Dans le cadre d’Action cœur de ville, nous soutenons aussi des initiatives locales liées aux nouvelles mobilités », rappelle Vanessa Cordoba, directrice de la Banque des Territoires pour l’Aube. Les « Marcel » troyens ont obtenu la deuxième plus forte subvention à ce titre. « Nous allons suivre de près l’évolution des pratiques de circulation avec la mise en place de vélos libre-service sur une ville moyenne comme Troyes », poursuit-elle.

La pratique du vélo en ville et les services de location sont moins développés que dans les grandes agglomérations. Pour autant, l’aspiration des usagers se tourne aujourd’hui vers des mobilités douces dont le vélo fait partie. Une Vélostation est également implantée à la gare de Troyes, où est aussi proposé un service de location longue durée pour des trajets plus importants.

Laurent Locurcio