Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Sécurisation sanitaire des assemblées : une première dans le Grand Est

Sécurité. La Région innove en sécurisant, avec Dassault Systèmes, sa salle des assemblées à Metz. Une première en France qui doit se poursuivre à Strasbourg et Châlons-en-Champagne. Coût de l’opération : 46 000 euros pour la sécurité des 169 élus.

Le coût total de l’intervention, études et équipements de la salle de Metz est de
46 000 euros.

C’est une réalisation exemplaire et unique en France dans ce type de bâtiment : la Région Grand Est et Dassault Systèmes signent la sécurisation sanitaire de la salle des séances plénières de la Maison de Metz, lieu des sessions ordinaires des 169 élus régionaux, jusqu’ici condamnées pour cause de crise sanitaire. La dernière session en présentiel remonte à décembre 2019, voici dix-huit mois.

Ce retour à « la vie normale » a d’ailleurs été salué par le Président Rottner. Ce furent ses premiers mots lors de la séance d’élection du 2 juillet : « Je me réjouis de vous voir tous réunis dans ce bel hémicycle messin, enfin réinvesti après des mois de pandémie. Cette séance plénière d’installation m’apparaît comme un double renouveau, celui de la reprise de la vie institutionnelle dans toute sa richesse et son foisonnement, celui de la recomposition de notre assemblée régionale conformément à la volonté exprimée dans les urnes par nos concitoyens ».

Le dispositif en place à Metz a été testé, entre deux confinements, par le Conseil Economique, Social et Environnemental le 8 octobre 2020. Il devrait l’être à Strasbourg, pour les sessions de la Commission Permanente, voire à Châlons-en-Champagne. Il s’agit d’accueillir les élus dans des conditions sanitaires optimales afin de « préserver la santé de tous, tout en permettant la tenue des débats essentiels à la prise de décisions ». C’est l’enjeu de cette réalisation à la pointe de l’innovation.

Prévenir les risques de contamination et préserver la qualité de l’air

Grâce à une étude de modélisation de la circulation des flux d’air, menée par Dassault Systèmes, la Région a pu identifier les mesures à mettre en place. Pour parvenir à ce résultat, l’entreprise intervenante a réalisé un jumeau numérique de l’hémicycle de Metz pour comprendre la circulation des flux d’air et analyser les risques de propagation de particules potentiellement contaminées.

« Il faut préserver la santé de tous, tout en permettant la tenue des débats essentiels à la prise de décisions »

Cette simulation en 3D a pu permettre l’identification des principaux risques de contamination entre les élus présents dans la salle et la prise de dispositions adéquates : meilleure circulation de l’air, concentration des flux au niveau du centre de l’hémicycle, validation de l’efficacité des cloisons latérales, ajout d’un panneau PVC sur la rangée centrale, maîtrise des flux et amélioration de l’extraction des particules par la fermeture des portes et la surélévation de la barrière centrale.

À cela s’est ajouté la préconisation du port de masque de type FFP2, le respect de la distanciation des élus et autres personnes présentes et l’obligation d’éviter les déplacements inutiles (au cours du vote à la présidence, c’est l’urne que l’on a déplacée et non les élus).

Dassault Systèmes et la Région en précurseurs

Basé sur des données scientifiques avérées et s’appuyant notamment sur des études en milieu hospitalier et dans des salles de concert, le dispositif de Dassault Systèmes doit contribuer, selon la Région, à relancer « la respiration démocratique » nécessaire par la reprise en présentiel de la vie politique régionale.

Après une première collaboration ayant conduit à la production de PredictEst, outil de suivi et de projection de l’épidémie Covid 19 dans le Grand Est, cette réalisation est la deuxième collaboration entre la Région et Dassault Systèmes. Le coût total de l’intervention, études et équipements de la salle de Metz est de 46 000 euros.

L’unité Dassault Systèmes est intervenue, dès le début de la pandémie, sur l’hôpital de campagne chinois de Wuhan. Elle travaille sur la sécurité sanitaire avec l’AP-HP (CHU de l’Ile-de-France) et a réalisé le dispositif sanitaire de la grande salle Pierre Boulez (2 500 places) de la Philharmonie de Paris).

Gérard Delenclos