Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Le CESER publie les bans du remariage de l’urbain et de la ruralité

Ruralité. Sur le thème de la ruralité, entre obsolescence programmée et solutions d’avenir, le CESER Grand Est organise avec la Foire de Châlons-en-Champagne, le 7 septembre prochain, un colloque qui pourrait, s’il en était encore besoin, remettre le village au cœur de la vraie vie.

« Passer du dire ensemble au faire ensemble », son slogan, Marie-Claude Briet-Clémont l’a rappelé en présentant la convention 2021 passé entre le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional du Grand Est et la Foire de Châlons-en-Champagne, convention qui concerne l’organisation du colloque du CESER, le 7 septembre prochain.

Signature de la convention CESER-Foire de Châlons-en-Champagne entre Marie-Claude Briet-Clémont, Présidente du CESER Grand Est, Bruno Forget, Commissaire général de la Foire et Véronique Klein, Vice-présidente du CESER.

« Nous sommes en train de matérialiser ce comment faire ensemble, le colloque de la Foire étant une des premières étapes de cette démarche. Nous allons nous inscrire dans le signe fort d’un rendez-vous qui est pour la région une rentrée économique, politique, sociale et environnementale. La Foire de Châlons-en-Champagne est bien dans cette recherche de la transition énergétique, et nous aussi ».
En mentionnant la dynamique des politiques publiques, la dynamique des organisations et la dynamique des comportements, la nouvelle Présidente du CESER Grand Est précise ainsi le sens démocratique du travail en commun qu’elle souhaite partager avec un maximum d’acteurs publics, à partir des travaux à venir de son assemblée durant les trois années de son mandat.

Le remariage de l’urbain et du rural

« Ce colloque, ajoute Marie-Claude Briet Clémont, interroge les nouveaux liens de l’articulation entre l’urbain et le rural, les métropoles et les communes et les acteurs économiques de ces structures. Je précise qu’il s’agit d’une ruralité au pluriel, chaque territoire possédant ses spécificités ». à cette occasion, la Présidente a rappelé la philosophie du CESER Grand Est : entre autres objectifs, repenser les modes de consommation, inventer des nouvelles gouvernances et préserver les biens communs des territoires.
C’est Véronique Klein, Vice-présidente du CESER, qui présente le programme du colloque 2021, avec cette introduction : « Je suis alsacienne, mais avant tout paysanne parce qu’agricultrice depuis plus de vingt ans. Je suis Vice-présidente de la Chambre d’Agriculture d’Alsace et à ce titre je me pose la question de l’apport de la ruralité à notre société, une question que la crise sanitaire a rendu encore plus forte. Il faut remettre en place les liens naturels entre les villes et les campagnes ».

Pour ne plus être les oubliés

Bruno Forget, cosignataire de la convention en sa qualité de Commissaire général de la Foire, n’a pas manqué l’occasion de réagir au thème de la ruralité : « S’il est une assemblée avec laquelle nous avons tant de points de convergence c’est bien le CESER. Nous n’allons pas forcément mettre les villes à la campagne, selon l’idée d’Alphonse Allais, chanter que la montagne est belle avec Jean Ferrat, mais nous pourrions inviter Gauvain Sers pour son ode aux oubliés. La campagne est aussi une thérapie pour pas mal de nos maux. Je crois en ce mariage d’amour entre la ruralité et l’urbain, la Foire de Châlons-en-Champagne va en ce sens ». Et décidément Bruno Forget, un poète de la ruralité marnaise.

« Ruralité, obsolescence programmée ou solution(s) d’avenir » l’argumentaire du colloque du 7 septembre est ainsi présenté par le CESER : « La ruralité souffre d’un puissant sentiment d’iniquité … Trop souvent braqué sur les métropoles, les banlieues et la vie urbaine, le regard des médias et des institutions minimise l’importance de la ruralité. La crise sanitaire et économique a mis en lumière l’importance et la capacité des territoires ruraux à assurer la sécurité alimentaire du pays. Elle a aussi démontré la capacité de résilience de ces territoires et de leurs acteurs à s’adapter ».

Le menu champêtre du colloque

Les intervenants annoncés : Anthony CORTHES, journaliste et auteur de l’essai « Le réveil de la France oubliée / Et si notre avenir était dans les villages ? », Michel FOURNIER, Maires des Voivres, dans le département des Vosges et Président de l’Association des Maires ruraux de France, Bérangère DAVIAUX, en charge du développement des partenariats en économie sociale et solidaire dans les territoires de l’Avise ainsi que les dirigeants des associations « Le Diable à 4 pattes », dans la Marne, et « Les Petites herbes », dans l’Aube, lauréats 2020 du Prix régional des solidarités rurales organisé par le CESER Grand Est. Peut-être pour cette fin de colloque, les invités auront-ils le bonheur d’écouter ce refrain : « On est les oubliés, La campagne, les paumés, les trop loin de Paris, le cadet de leurs soucis ».
Gauvain Sers en prélude de Foire en scène ? Une idée de Bruno Forget qui pourrait faire le chemin de Châlons-en-Champagne.

Gérard Delenclos