Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le BER, un véritable boost pour les Ardennes

Aménagement. Le dispositif vient d’être prolongé jusqu’au 31 décembre 2023. Seuls le département des Ardennes et le bassin d’emploi de Lavelanet, dans l’Ariège, en sont dotés.

Lors de sa reprise, la librairie Rimbaud, commerce institutionnel de Charleville-Mézières proche alors de la fermeture, a bénéficié des aides du BER. DR

Initié par les députés Jean-Luc Warsmann et Philippe Vuilque et considéré depuis son entrée en vigueur le 1er janvier 2007 comme un outil majeur de développement économique pour le territoire ardennais, le Bassin d’Emploi à Redynamiser vient d’être prolongé d’une année supplémentaire. Il bénéficiera encore au département jusqu’au 31 décembre 2023. Concernant un total de 362 communes ardennaises, à l’exception de celles du Rethélois en raison de la proximité de Reims, ce dispositif exceptionnel concerne, sous certaines conditions, les entreprises industrielles, artisanales ou commerciales qui peuvent profiter d’exonérations fiscales et sociales.

« Les retombées engendrées par ce dispositif sont massives puisqu’elles concernent environ 4000 emplois créés, préservés ou consolidés »

Cette sorte de zone franche permet en effet aux sociétés locales ou aux investisseurs extérieurs désirant s’implanter dans les Ardennes de disposer d’une exonération d’impôt sur les sociétés ou d’impôt sur le revenu jusqu’à cinq ans mais aussi d’une exonération de cotisation économique territoriale et de taxe foncière et des charges sociales pendant cinq années.

450 entreprises concernées, 8,2 millions d’exonérations

Depuis 2007, l’industrie a été le premier secteur utilisateur du dispositif mais l’agroalimentaire, la prestation de service et le commerce ont eux aussi bien été accompagnés. « Les retombées engendrées par ce dispositif sont massives puisqu’elles concernent environ 4000 emplois créés, préservés ou consolidés, se réjouit Jean-Luc Warsmann. Le BER a par ailleurs donné de la visibilité aux Ardennes et permis la concrétisation de projets exogènes. Son prolongement jusqu’à la fin d’année 2023 va permettre à la région et aux intercommunalités d’accélérer leur réflexion sur la construction de bâtiments blancs dans le département afin de pallier le manque d’immobilier industriel et de pouvoir offrir une offre foncière toute de suite disponible à d’éventuels investisseurs locaux ou extérieurs ».

Elidie Mentrel, directrice du site des Ardennes de l’Urssaf Champagne-Ardenne révèle les données chiffrées suivantes. « Dans les Ardennes, à ce jour, environ 450 entreprises sont entrées dans le dispositif BER et ont bénéficié, en 2021, d’exonérations de charges à hauteur de 8,2 millions d’euros. L’Urssaf Champagne-Ardenne accompagne ces entreprises et se tient aussi à disposition des entreprises intéressées pour les informer et préciser le respect des conditions strictes d’accès au BER ».

Jean-Louis Amat, le directeur de l’Agence Ardennes Développement, est tout aussi positif. « Le BER est un facteur d’attractivité indéniable qui permet de bien positionner les Ardennes par rapport aux autres territoires et d’être ainsi compétitif », soulignant que sur quarante projets actuellement suivis par sa structure, une dizaine profitera des avantages du BER. Depuis 2015, l’agence ardennaise a d’ailleurs mis en place un simulateur de calculs en français et en anglais, récemment mis à jour, permettant à tout porteur de projet de voir ce que le dispositif peut lui apporter dans son business-plan.

Pascal Remy