Informations régionales économiques et juridiques
130e année

La ville de Troyes restaure son patrimoine industriel

Patrimoine. Un programme de travaux a été lancé sur le quartier Bégand-Courtalon, centre historique de la bonneterie troyenne.

Une vue, non contractuelle, de la proposition du réaménagement de la rue Courtalon à Troyes. Laurent Locurcio

C’est une partie de son patrimoine historique industriel que la ville de Troyes s’apprête à rénover en lançant un chantier au long cours qui durera jusqu’en 2024. Au passage, ce sont plus de 3,5 millions d’euros de travaux qui seront consacrés à la requalification des rues Bégand, Courtalon et Léon-Couturat, situées à proximité du centre-ville et de la gare de Troyes. Ces rues concentrent d’anciens sites d’usines troyennes de bonneterie datant pour l’essentiel du XIXe siècle et qui font toujours l’identité de ce quartier. Des entreprises aujourd’hui disparues employaient des milliers de salariés dans les ateliers de ces petites rues, à l’image de Mauchauffée, Bonbon, Petit-Desplanches ou encore Delostal Frères.

Dernier industriel textile encore présent, EMO continue de perpétuer la tradition avec son usine. C’est aussi dans ces rues que les premiers centres de magasins d’usines textiles ont vu le jour dans les années 1980. Les rues Bégand et Courtalon voyaient passer alors des centaines de milliers de visiteurs chaque année, à la recherche d’articles déclassés. Les magasins d’usine partis en périphérie, à Pont-Sainte-Marie et Saint-Julien-les-Villas, le quartier est devenu peu à peu résidentiel, mais son identité a été préservée. C’est ainsi que les sheds des anciens ateliers ont été majoritairement conservés, tout comme les dernières cheminées, symboles du patrimoine usinier local.

Un lieu d’habitat recherché

La ville de Troyes avait souhaité, dès les années 2000, protéger ces bâtiments de la démolition en intégrant à son Plan Local d’Urbanisme des outils de protection du patrimoine respectueux de l’histoire des lieux, parmi lesquels l’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP), approuvée en 2015.

Une transformation réussie qui fait de ce quartier un lieu résidentiel très recherché, grâce notamment à la transformation d’anciens bâtiments industriels en logements modernes, notamment sous forme de lofts. Restait à aller plus loin en imaginant des espaces publics à la hauteur du soin et de la qualité architecturale des différents programmes réalisés jusqu’ici. Une large consultation auprès des habitants a été lancée par la municipalité depuis quelque temps déjà avec les élus troyens pour définir un projet.

Désormais, les habitants sont invités à le consulter et à exprimer leur avis, lors de permanences d’élus, au siège de Troyes Champagne Métropole ou encore directement en ligne, sur le www.consultation.troyes.fr, jusqu’au 31 mars 2021. Les idées apportées dans ce cadre pourront être intégrées au projet si elles correspondent à son esprit général, répondent a un intérêt commun et non particulier, et sont techniquement et financièrement possibles.

Laurent Locurcio