Informations régionales économiques et juridiques
129e année

L’industrie au coeur des débats

Industrie. L’agence de développement économique de la Marne, Marne développement, un an après sa mise en service, mettait en lumière ses missions et activités, au cours d’une conférence organisée autour du thème de « l’industrie en mouvement », avec en invité fil rouge, Olivier Lluansi, conseiller industrie et énergie au ministère du Redressement Productif sous le quinquennat de François Hollande.

Réunis autour de la directrice générale de Marne développement (deuxième à
gauche), Olivier Lluansi (à gauche) ainsi que des acteurs du monde de l’entreprise, Rémi Fregnaux pour l’entreprise SCDC et Stéphane Charre, directeur général de Carbody sont venus apporter leur regard sur l’industrie.

Créée fin 2019 et mise en place courant 2020, sous l’impulsion de la Région, de la CCI Marne en Champagne, de la Chambre des Métiers du Département de la Marne et de 14 intercommunalités, Marne développement a pour principales missions d’accompagner les entreprises industrielles et tertiaires en identifiant leurs besoins et en proposant des solutions adéquates (financer un développement, engager une transition énergétique, optimiser un processus de production, affiner la stratégie d’entreprise, etc...). Elle fonctionne grâce à 18 partenaires-financeurs pour un budget d’environ 900 000 euros (54% de la Région Grand Est, 16% CCI et CMA, 11% du Département, 20% de 14 EPCI).

« Cette agence est née d’une volonté de la Région Grand Est. Elle fait partie d’un réseau de neuf agences dans la région, avec comme axes de favoriser le développement des entreprises installées, de mettre en place une synergie inter-entreprises et de construire des stratégies de filière en contribuant au rayonnement du département », explique Johanna Gobit, Directrice générale, sachant qu’aujourd’hui, le secteur industriel du département représente environ 29 000 emplois pour 3 400 établissements.

60% de projets dans le secteur de l’industrie

126 projets d’entreprises sont en cours dont 60% sont des projets industriels. C’est pourquoi Marne développement a mis en place le Réseau Marne Industrie dont l’objectif est de mettre en place des événements afin d’échanger sur un sujet commun. Le prochain se tiendra d’ailleurs le 7 octobre prochain avec comme thème « Lean, robotique et cobotique », en partenariat avec l’UIMM de Champagne Ardenne.

« Il faut encourager les industriels à créer des réseaux collaboratifs, cela existe souvent à titre personnel mais pas professionnel, et cela, il faut le développer avec tous les acteurs d’un même territoire. »

« Le Réseau Marne Industrie est un réseau d’échanges, de partages et d’actions qui fédère les industriels marnais et les services connexes. En organisant des événements répondant à leurs besoins, en créant des moments dédiés au partage d’expérience et de bonnes pratiques, cette mise en réseau, travaillée à la fois à l’échelle de la Marne et à l’échelle des bassins, permet d’identifier les potentielles synergies inter-entreprises et de donner vie à des projets collaboratifs », expose Johanna Gobit.

La relocalisation comme objectif

La mise en réseau, les synergies, les projets au sein d’un même territoire sont des points essentiels abordés par Olivier Lluansi, expert en stratégie industrielle au cabinet PWC et co-auteur de l’ouvrage « Vers la renaissance industrielle », afin d’analyser quels peuvent être les leviers pour relancer l’industrie française. « Pour implanter une industrie avec des centaines d’emplois, le creuset indispensable est la ville moyenne, avec un bassin d’emploi dynamique », observe Olivier Lluansi.

« L’exemple allemand montre que la désindustrialisation n’était pas une fatalité, mais qu’il fallait avoir une politique de soutien, ce qui n’a pas été le cas à partir des années 90. » L’ancien conseiller au ministère du redressement productif note que depuis dix ans, le secteur de l’industrie a été stabilisé. « L’industrie apporte de la valeur ajoutée de manière autonome et des emplois qualifiés et pérennes. » Aujourd’hui, relocaliser correspond à un objectif économique, avec 30% du plan France Relance dédié à l’industrie. « Un tiers du plan est consacré à la relocalisation et les deux tiers aux nouvelles filières : hydrogène, électrique, etc. »

Transformation digitale

Un des grands vecteurs de la réindustrialisation de la France est selon Olivier Lluansi, la transition digitale, « grâce à laquelle on peut gagner 20% de productivité ». La progression des produits et solutions connectés transforme non seulement la société, mais aussi le tissu économique, avec l’avènement des start-up et le développement de la filière Innovation ou « Industrie du futur ». Cette transformation s’accompagne de l’évolution des compétences et de la formation mais également d’une transition énergétique des entreprises, « un défi autant colossal qu’incontournable ».

Autre levier, cher au Ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, pour lequel Olivier Lluansi a travaillé : « le Made in France ». « Il faut créer la demande du consommateur pour le Made in France. Aujourd’hui, on a l’offre, mais pas la demande. » C’est donc aussi aux EPCI d’intervenir à ce sujet sur le terrain pour créer un cercle vertueux. « Il faut encourager les industriels à créer des réseaux collaboratifs, cela existe souvent à titre personnel mais pas professionnel, et cela, il faut le développer avec tous les acteurs d’un même territoire. »

Nastasia Desanti