Informations régionales économiques et juridiques
130e année

L’Aube réclame 60 millions d’euros pour ses investissements

Santé. Après la fronde des élus aubois suite aux annonces du Ségur dans le Grand Est, le dialogue est renoué avec l’Agence régionale de santé.

Suite à la réunion avec les élus aubois, l’ARS a promis des investissements dans le cadre du Ségur. Laurent Locurcio

L’annonce, fin décembre, de la première vague des plans d’investissements du Ségur de la Santé dans le Grand Est avait fait bondir les élus aubois. « Il y a un décalage hallucinant : 1,2 million seulement pour l’Aube mais des dizaines de millions pour des départements plus petits », s’était insurgé François Baroin, maire de Troyes et président du conseil de surveillance du CHT, le centre hospitalier de Troyes. Le tableau communiqué fin décembre par l’ARS faisait état de l’attribution de 19,6 millions d’euros pour la restauration des capacités financières du CHT, et 1,2 million pour le regroupement des Ehpad de Marcillly-le-Hayer et de Fontaine-les-Grès, gérés par le conseil départemental. François Baroin avait fait appel à Olivier Véran pour rectifier le tir, et une première réunion de travail avec l’Agence Régionale Santé Grand Est a permis de mettre tous les problèmes sur la table.

« Nous ferons des annonces en mars, mais je peux déjà dire que des investissements seront faits dans l’Aube »

« Cette communication de l’ARS a provoqué un incendie et atteint le moral des soignants aubois : l’agence a reconnu un dysfonctionnement et nous avons pu renouer le dialogue, remettre en place une méthode de travail et un calendrier pour avancer », reconnaît François Baroin à l’issue de la réunion. « Nous ferons des annonces en mars, mais je peux déjà dire que des investissements seront faits dans l’Aube », promet Virginie Cayré, directrice générale de l’ARS Grand Est.

En fait 60 % de l’enveloppe prévue au niveau régional pour les investissements, ont déjà été fléchés dans cette première vague, et il en reste encore 40 % à attribuer. François Baroin a d’ores et déjà affiché ses revendications, à savoir « au minimum 60 millions d’euros pour les projets d’investissements et une reprise de la dette du CHT plus conséquente ». Pour cela, l’ARS va changer de méthode en accompagnant dans la construction de ses projets pour bien définir les besoins.

Des dossiers à l’étude

Jean Rottner, qui assistait à la réunion, s’est réjoui que le dialogue soit renoué et entend aussi apporter sa pierre à l’édifice. « L’Aube fera partie des départements dans lesquels la formation d’aides-soignantes et d’infirmières sera renforcée », promet-il. Le président de la Région Grand Est a d’ailleurs évoqué le sujet de la réhabilitation de l’Institut de formation en soins infirmiers de Troyes avec Philippe Pichery, le président du Conseil départemental de l’Aube. Du côté du centre hospitalier troyen, plusieurs projets sont à l’étude.

Notamment la réhabilitation de l’ancien bâtiment d’hospitalisation du site des Hauts-Clos et la construction d’un nouveau bâtiment pour l’accueil des activités du CGS Clinique de Champagne. La création d’une nouvelle clinique psychiatrique est également à l’étude. Réponse en mars pour savoir si ces projets seront retenus et quelle sera le montant alloué à l’Aube pour réaliser ces investissements. Les élus aubois veillent au grain même si le dialogue est désormais renoué.

Laurent Locurcio