Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Cap sur l’investissement pour les derniers budgets du Grand Est

Budget. Dans sa dernière publication, la Direction Générale des Collectivités Locales présente les budgets primitifs 2021 des Régions. Un bilan qui met en lumière la concordance entre les budgets et le poids régional, c’est le cas du Grand Est, avec cette particularité : la deuxième plus forte progression des dépenses d’investissement des régions françaises en 2021

La Direction Générale des Collectivités Locales présente les budgets primitifs 2021 des Régions. DR

Les budgets des Régions correspondent-ils au poids économique des régions, tel qu’il apparaît dans leur Produit Intérieur Brut (PIB) ? Le comparatif est fourni par la publication annuelle de la DGCL, Direction Générale des Collectivités Locales, l’un des services duMinistère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales dans son annexe Données économiques et sociales. Si les Budgets Primitifs (BP) sont ceux de l’année 2021, l’annexe fournit les derniers chiffres disponibles, ceux de 2018. En ce qui concerne le PIB, le Grand Est (160,9 Md€, soit 6,8% du total national) occupe le 7e rang des régions françaises, légèrement derrière les Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes, deux régions autour de 166,5 Md€). Le PIB par habitant est de 29 100 euros dans le Grand Est, il se situe sous le PIB moyen national (35 200 euros) et place la région en 8e position. Sixième par sa population (2 573 000 habitants) et septième pour sa création de richesses, le Grand Est occupe donc une place médiane au sein des treize régions métropolitaines.

UNE FORTE PROGRESSION DE L’INVESTISSEMENT

En 2021, les 3 317 M€ en dépenses affichées au BP place le Grand Est en 5e position, derrière l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, l’Occitanie et les Hauts-de-France. D’une année à l’autre, les dépenses de la Région progressent de 15,3%, contre 5,8% pour la moyenne nationale. Cette progression est la 3e de la Métropole, derrière Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté. Par habitant, la dépense est de 586 euros, c’est également la 3e de la Métropole. Dans cet ensemble des dépenses, le fonctionnement représente 1 961 M€ et l’investissement 1 356 M€. Cette dernière composante (41% du total) n’a jamais autant pesé dans le budget régional.

L’investissement dans le Grand Est progresse à un niveau record (+44,8%), juste derrière le Centre-Val de Loire. Par habitant, il situe la région au troisième rang. En résumé, trois des treize régions métropolitaines, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire sont celles qui ont à la fois le plus progressé en dépenses totales et en dépenses d’investissement. Les dépenses d’investissement concernent des dépenses directes d’équipement et des subventions d’équipement accordées, dans le premier cas, le Grand Est connaît la plus forte progression (+85,2%) de la France métropolitaines et dans le second la quatrième (+28%).

LA 4E DETTE DES REGIONS EN 2021

La dette du Grand Est au 1er janvier s’élève à 2 596 M€, soit 8,5% de la dette totale des régions françaises. Elle est la 4e la plus élevée, derrière l’IIe-de-France, les Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pour autant, sa progression annuelle est modeste (+5,5%) et figure au rang des quatre régions ayant le moins augmenté en 20221. L’annuité de la dette, remboursement d’une partie du capital emprunté et des intérêts, du Grand Est (242,3 M€) progresse faiblement (+1,9%), mais avec une tendance qui est à l’inverse de celle de l’ensemble des régions françaises (-2,5%). Cette situation de la dette est à mettre en phase avec la progression des investissements. La dette par habitant du Grand Est (459 €) est la sixième du territoire métropolitain.

UNE CHARGE DE PERSONNEL CONSEQUENTE

D’une manière cohérente, la 6e région pour sa démographie est aussi la 6e pour sa charge de personnel (315,6 M€ en 2021). Le Grand Est emploie près de 7 400 agents sur ses sites de Strasbourg, Metz et Châlons-en-Champagne ainsi que sur ses 12 Maisons de la Région et 5 660 personnels adjoints techniques des 245 lycées de la région. Cette charge de personnel est un retrait de 2% au BP 2021, alors qu’elle progresse de 2% pour l’ensemble des autres régions. Il s’agit d’un cas unique dans l’ensemble des 13 régions métropolitaines. En résumé, le budget du Grand Est correspond assez bien au poids économique médian de la région, avec ce véritable rattrapage en matière de dépenses d’investissement : 1,3 Md€ en 2021 et 1,4 Md€ en 2022.

Gérard Delenclos