Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Un chiffre d’affaires record pour le secteur du champagne

Champagne. David Menival, Directeur de la filière Champagne du Crédit Agricole du Nord Est, a profité du Viti Vini pour faire un point de conjoncture.

Un chiffre d'affaires record pour le secteur du champagne
David Menival, directeur de la filière champagne au Crédit Agricole du Nord Est, Anthony Lever, Directeur général adjoint Crédit Agricole Nord Est et Manuel Hénon, Directeur général de la coopérative Chassenay d’Arce. (Crédit : DR)

« Pour le moment tout va très bien, avec 335 millions de bouteilles expédiés au mois de septembre. On est proche du record de 2007 avec 339 millions de bouteilles. Par rapport à 2020, on est à plus 20 millions, ce qui est considérable », observe-t-il. Et si on peut s’attendre à un record de chiffre d’affaires d’ici à la fin de l’année, il ne faut pas perdre de vue qu’il faut reconstituer les stocks.

Être attentive au contexte économique

« Heureusement, cette année a été extraordinaire tant en quantité qu’en qualité. Si on regarde au niveau des grands marchés, ce sont les États-Unis qui viennent prendre les bouteilles. » Les consommateurs américains sont en effet très demandeurs des grandes cuvées, dont il faut gérer avec attention les stocks. « Les petites appellations ont des petits stocks. » Mais cette forte demande entraine en conséquence, de fortes augmentations de prix. « En France, l’inflation atteint 5,6% en septembre 2022 mais dans d’autres pays européens, on est plus proche des 10%. » Quelle est alors la sensibilité des consommateurs face à l’augmentation des prix, qui pour certaines bouteilles ont atteint +15% ?


>LIRE AUSSI : La transmission, préoccupation majeure en Champagne


« Pour l’instant, les consommateurs sont là, même si l’inflation va s’installer en 2023, la filière est solide », insiste David Menival. « On constate en moyenne sur des brut traditionnels une hausse de 8% des prix et sur les cuvées, 10%, tout en gardant à l’esprit que cela dépend aussi du réseau de distribution. » Concernant les hausses de coûts des produits annexes, cartons, matières premières pour faire l’habillage d’une bouteille, etc. Le directeur de la filière Champagne précise : « Il faut faire attention au coût de revient. Mieux vaut passer les hausses de prix maintenant… » La profession peut donc largement souffler en cette fin d’année, tout en restant attentive au contexte économique 2023…

Nastasia Desanti