Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Les expéditions de Champagne retrouvent leur volume de 2019

Champagne. Au premier semestre 2021, les expéditions de Champagne progressent de 48% par rapport à l’année catastrophique 2020. La comparaison avec 2019, « année normale » s’impose, avec une progression de 4% aux composantes hétérogènes : - 7,6% pour la France, - 24,3% pour l’Union Européenne et + 46% pour les pays tiers.

Les expéditions de Champagne retrouvent leur volume de 2019 Benjamin Busson

Au 30 juin, les expéditions de Champagne sur l’ensemble des marchés représentent 113,9 millions de bouteilles contre 77 millions au 30 juin 2020. Cette progression spectaculaire, depuis le début de l’année, permet un score en progression de 4% sur le premier semestre 2019. À mi-parcours, le Champagne fait donc largement mieux qu’en 2020 tout en dépassant les volumes de 2019 (109,5 millions de bouteilles). Le bilan mondial du premier semestre 2021 (+48%) est largement porté par les expéditions des maisons de Champagne, en hausse de 51,7% et qui couvrent 75% du marché.

Comparativement, la progression des vignerons est de 42,5% et celle des coopératives de 28,1%. Sur les douze derniers mois, les expéditions représentent près de 281 millions de bouteilles à fin juin 2021 contre 298,7 millions à fin juin 2019 et 306 millions en 2018. Sur ce critère, le marché mondial est en hausse de 6% entre 2020 et 2021, hausse forte pour les maisons (+8,2%) et moins forte pour les vignerons (+4%), les coopératives accusant un recul de 6,7%.

Le marché français toujours à la peine

Après un bon mois de juin (+22,5%), également au-dessus des volumes de 2019, le marché intérieur affiche près de 46 millions de bouteilles à fin juin 2021 (+32,2%). Un résultat cependant bien en deçà des 49,8 millions du premier semestre 2019. Les trois opérateurs de l’interprofession enregistrent des progressions quasi comparables sur le marché français du premier semestre : + 33,8% pour les maisons, + 31,7% pour les vignerons et + 26,2% pour les coopératives. Le décalage entre l’évolution du marché mondial et celle du marché français se lit bien dans les résultats des douze derniers mois. Les + 6% des expéditions mondiales tranchent avec les – 1,7% du marché français, marché sur lequel les maisons reculent de 2,2%, les vignerons de 0,4% et les coopératives de 3,3%.

Les expéditions flambent dans les pays tiers

Lorsque les expéditions progressent au premier semestre 2021 de 48% dans le Monde, de 32% en France et de 56% dans l’Union Européenne, elles s’améliorent de 62% en direction des pays tiers lesquels, avec 47 millions de bouteilles font mieux que l’Union Européenne (21 millions) et que la France (46 millions). Les comparaisons entre 2019 et 2021 sont significatives de cette flambée vers la grande exportation : + 4% pour le marché mondial, -7,6% pour la France, -24,3% pour l’UE et + 46% pour les pays tiers. Le phénomène Brexit excluant le Royaume-Uni de l’Union Européenne, à prendre en compte dans le bilan 2021, expliquera vraisemblablement les nuances de cette poussée.

Quoi qu’il en soit, l’exportation s’impose même en temps de crise : 54,6% du total en 2019, 55% en 2020 et près de 60% en 2021, avec une progression de 60,5% entre 2020 et 2021 et de 13,5% entre 2019 et 2021. Considérant le poids des maisons de Champagne aux alentours de 88% de l’ensemble des volumes exportés, la progression des maisons est de 13,3%, entre 2019 et 2021 (+45,5% dans les pays tiers), celle des vignerons de 45%, alors que les coopératives accusent un recul de près de 10%, avec -54% dans l’Union Européenne et + 53% vers les pays tiers.

Gérard Delenclos