Informations régionales économiques et juridiques
130e année

La Mission Unesco redouble de projets pour le vignoble

Champagne. La mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne - Patrimoine mondial a détaillé un certain nombre d’orientations pour l’année à venir et annoncé les temps forts des prochains mois. Au programme : Journée de la biodiversité, préservation des paysages, évaluation du plan de gestion, Opération 2022 coteaux propres...

C’est au cœur du vignoble, au champagne Mailly Grand Cru, que les nouvelles
orientations ont été dévoilées.
Nastasia Desanti

Regroupant les 319 communes de l’AOC Champagne, Les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne ont été, pour rappel, reconnus en 2015 par l’UNESCO, comme un paysage culturel, évolutif et vivant. C’est pourquoi, très régulièrement la Mission présente sa feuille de route pour continuer de faire vivre et préserver ce patrimoine. Ses membres se considèrent d’ailleurs comme des « gardiens du site » ayant comme mission de « garantir la protection et le développement durable en pro- mouvant et accompagnant la découverte de ce patrimoine », selon les mots de son président, Pierre-Emmanuel Taittinger. Pour ce faire, en 2015, un Plan de gestion a été rédigé, mais il arrive aujourd’hui, à la fin de son cycle d’application. Après avoir réalisé un premier bilan des actions menées, un deuxième Plan va donc être mis en place, intégrant de nouveaux enjeux et la prolongation de la stratégie. « Ce Plan nous oblige. Il a vocation à durer 8 à 9 ans et toutes les actions menées sont encadrées par celui-ci », souligne Jacques Douadi, vice-président du conseil scientifique de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne. « Nous sommes allés plus loin, en signant un certain nombre de conventions ainsi qu’en réalisant des chartes, en collaboration avec les services de l’État sur des sujets agricoles et de l’aménage- ment du territoire. » D’autres sont d’ailleurs signées avec des organismes et institutions, tels que la CCI Marne en Champagne ou encore les Vitrines de Reims, ces derniers intégrant ensuite dans leurs actions quand cela a du sens, la Mission.

EXPOSITIONS ET DÉMARCHES ENVIRONNEMENTALES

La promotion du vignoble passe ainsi par de nombreuses actions. Culturelles tout d’abord, avec l’organisation de plusieurs expositions dont l’objectif est de « faire rayonner l’inscription ». Une itinérante (voir pamb 7963), devant traverser toute l’AOC Champagne, « s’adresse au grand public, pour découvrir de manière pédagogique ce que réalise la Mission », indique Séverine Couvreur, vice-présidente de la Mission. L’autre, composée de photographies de l’artiste rémois Michel Jolyot, explore les « Mondes parallèles ». Un temps fort sera aussi organisé lors des Journées européennes du Patrimoine mais surtout, la ville de Reims accueillera les Rencontres nationales du Patrimoine mondial pour fêter ses 50 ans. Environnementales ensuite, avec comme grand temps fort la Journée de la Biodiversité qui se déroulera le jeudi 19 mai prochain, dont les événements autour de ce thème s’étaleront jusqu’au 22 mai. « Nous serons le dimanche, aux Riceys, dans l’Aube, pour inaugurer le sentier de la biodiversité, mettant en avant les effets du dérèglement climatique. Pour l’histoire, ce site devait être un sentier de tourisme bordée d’une très belle forêt, dont il a fallu abattre des centaines d’arbres ravagés par le scolyte. Au lieu de l’abandonner, il a été décidé de le mettre en valeur en démontrant de manière concrète les conséquences de l’invasion de ce parasite proliférant avec les temps chauds et secs », poursuit Séverine Couvreur. « Désormais, cet endroit deviendra un site d’observation des espèces qui renaissent avec une visée pédagogique grâce à l’installation de 18 panneaux explicatifs. »

L’opération Coteaux propres sera quant à elle, renouvelée en octobre, avec « un grand nettoyage des vignes ». De visibilité enfin, avec l’implantation de plaques informatives dans les lieux clés du vignobles, Maisons, villages, membres fondateurs de la Mission mais aussi professionnels du tourisme. Des panneaux vont égaiement bientôt fleurir sur l’autoroute ainsi que sur les routes départementales. Outre la signalétique, l’embellissement est aussi un sujet qui tient à cœur les membres de la Mission puisqu’un prix dédié a été instauré, du nom du porteur du projet, Pierre Cheval. « Nous accompagnons par exemple les communes dans l’ingénierie de l’embellissement, tant au niveau des aménagements urbains que du fleurissement », explique Francisco Andrade, Chargé de Mission Urbanisme, Patrimoine et Embellissement. « L’embellissement ne concerne pas que le patrimoine », tient cependant à souligner Pierre-Emmanuel Taittinger. « C’est aussi une question d’accueil, de bonne tenue, de propreté des sites quels qu’ils soient. Beauté des lieux, beauté de l’âme. C’est un ensemble. » Le budget de la mission est de 500 000 euros par an, c’est pourquoi, afin de mener à bien toutes ses actions, elle est régulièrement en recherche de mécènes et de partenaires.

Nastasia Desanti